mediom1

Administrateur
  • Compteur de contenus

    4 357
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Réputation sur la communauté

1 439 Excellent

3 abonnés

À propos de mediom1

  • Rang
    Administrateur de zonenet
  • Date de naissance 1870-01-04

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Québec en ville

Visiteurs récents du profil

7 002 visualisations du profil
  1. CANNABIS PROVINCIAL

  2. Une histoire inventée ?

    Très juste madame Ravary.Cette histoire a été inventée de toute pièce probablement par le père de cette filette qui se cache derrière sa femme pour arriver a ses fins.Regarder l'expression de la mère dans l'entrevuel Elle pousse sa fille a mentir.Aucun enfant de 11ans n'aurait inventé une telle histoire de peur de se faire rejeté.Taqiya.Pathetique .Trudeau doit verser une larme.Pauvre ti-pit
  3. Une histoire inventée ?

    Lise Ravary Mardi, 16 janvier 2018 17:17 MISE à JOUR Mardi, 16 janvier 2018 17:52 Je n’y ai pas cru dès que la fillette de Toronto a ouvert la bouche vendredi dernier. Quand Khawlah Noman, 11 ans, s’est mise à raconter qu’un individu avait tenté à deux reprises, à dix minutes d’intervalle, de couper son hijab avec des ciseaux - elle a aussi dit ‘couteau’ - alors qu’elle se rendait à l’école avec son petit frère, quelque chose ne tournait pas rond. Primo, il est plutôt inusité que les médias soient convoqués à une conférence de presse quatre heures après le dépôt d'une plainte d'agression sur une enfant. Secundo, vous trouvez ça normal qu’une mère parade sa fillette en larmes devant les médias quelques heures après cette agression armée ? Tertio, les mineurs victimes de crimes ont droit à l'anonymat. Pourquoi a-t-elle été identifiée et montrée ? C'était bizarre. Derrière elle, son jeune frère souriait et essayait d’être capté par la caméra. Sa mère avait le visage couvert, la grand-mère était impassible et une une porte-parole de la police de Toronto complétait le tableau. En parlant de son agresseur, la fillette disait indifféremment ‘elle’ ou ‘il’ pour ‘le’ ou ‘la’ décrire même si son anglais était excellent. Elle faisait pitié. Circulez, rien à voir Lundi, la police de Toronto a confirmé que l’agression n’a jamais eu lieu. Fake news comme dirait l’autre. J’avais vu juste. Une bonne chose en soi – personne ne souhaite à une fillette d’être attaquée, surtout pas pour un foulard - mais qui suscite néanmoins quelques interrogations. La fillette a-t-elle imaginé l'événement ? A-t-elle voulu dissimiler une désobéisance ? Ou a-t-elle été embrigadée ? Si oui, par qui ? Et surtout, pourquoi ? Pour que le gouvernement accepte d’instaurer une Journée nationale contre l’islamophobie, comme me l’a suggéré un collègue ? Tout est possible quand on encourage la victimisation mais ce serait pathétique. La police de Toronto ne va pas porter d’accusations. Contre la fillette, c’est normal, mais si des adultes ont monté ce stratagème, pourquoi échapperaient-ils à la justice ? Inventer un crime, c’est criminel. Mais il n’y aura pas d’enquête. Même si cette nouvelle a fait le tour du monde, elle n’est pas assez importante aux yeux des autorités pour qu’on dise aux Canadiens ce qui s’est passé. Une bien une triste histoire.
  4. Guide d'expressions locales à l'intention des touristes

    les gens du Nouveau Brunswick tres dure a comprendre
  5. Guide d'expressions locales à l'intention des touristes

    Grouille avant ca rouille
  6. Un peu trop facile de condamner l'ensemble des Canadiens de racisme.... systémique même comme le dit si bien Couillard. Le procès de Bissonnette va débuter bientôt, peut-être que l'on va connaître les vrais motifs de son geste affreux.
  7. Maxime Deland Lundi, 15 janvier 2018 11:35 MISE à JOUR Lundi, 15 janvier 2018 11:37 TORONTO | L’agression d’une jeune fille qui aurait vu son hijab être enlevé à l’aide de ciseaux par son assaillant à Toronto ne s’est jamais produite, selon la police de la métropole ontarienne. Dans un bref communiqué publié lundi, le Service de police de Toronto a simplement fait savoir « que les enquêteurs ont déterminé que l’agression n’avait pas eu lieu », sans fournir davantage de détails. Les autorités torontoises avaient pourtant fait appel à la population, vendredi, afin de retrouver l’auteur de la soi-disant agression survenue près d’une école publique située dans l’est de la capitale ontarienne. La police disait rechercher un homme asiatique d’une vingtaine d’années. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avait d’ailleurs condamné l’attaque en point de presse vendredi. « Il faut rappeler que ce n’est pas ça, le Canada. Nous sommes un pays d’accueil et d’ouverture, un pays où ce genre d’attaque n’est pas du tout acceptable », avait dit M. Trudeau à l’issue de la rencontre de son cabinet à London, en Ontario.
  8. [PHOTOS] Poursuivi par la police, de Québec... à Beaupré

    Bravo a la policière qui a fait la poursuite Durand 45 minute et qui a arrêté ce malade
  9. Nicolas Lachance Lundi, 15 janvier 2018 12:03 MISE à JOUR Lundi, 15 janvier 2018 13:28 Une poursuite policière qui a commencé dans le secteur de l’autoroute Laurentienne à Québec a pris fin plusieurs kilomètres plus loin sur la côte de Beaupré, lundi matin. Vers 9 h 30 lundi, les agents de la Sûreté du Québec ont tenté d’intercepter le véhicule suspect qui circulait sur l’autoroute Laurentienne, en vain. Photo Agence QMI, Marc Vallières De nombreuses plaintes de citoyens auraient été effectuées au service de police dans ce dossier afin de dénoncer le conducteur qui circulait de manière chaotique. « Après maintes tentatives d’interception, le véhicule suspect a endommagé une clôture dans le secteur de la rue de la faune afin de prendre la fuite », a expliqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu. Il y a une poursuite, mais les policiers ont perdu la trace de l’individu avant de le localiser à nouveau. « Il était dans le secteur de Sainte-Anne-de-Beaupré et intercepté vers 10 h 15 dans le stationnement d’un restaurant du boul. Sainte-Anne », a relaté la porte-parole. Photo Agence QMI, Marc Vallières L’homme de 31 ans a été arrêté puis conduit à l’hôpital. « Une évaluation de son état de santé. Celui-ci semblait perturbé. Aucune blessure apparente pour les impliqués dans cet événement. »