Aller au contenu

PIEDRO

Membre
  • Compteur de contenus

    632
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

535 Excellent

3 abonnés

À propos de PIEDRO

  • Rang
    Uploadeur

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    FRANCE

photo

  • Interests
    ebooks - mini jeux

Visiteurs récents du profil

1 895 visualisations du profil
  1. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 36 - La flemmingite, le mal du siècle (2) Traitement Si votre enfant contracte l'un des prodromes sus listés dans mon dernier message, il faut, toujours d'après le Vidal Matien, traiter le mal à la racine ; voici comment : Si elle n’est pas traitée à temps, la F.A.P.C.A. peut faire de votre enfant un chômeur, un abstentionniste électoral ou, pire, l’un des membres d’un vaste groupuscule anarchiste qui terrorise les caténaires et met en péril notre glorieuse démocratie. Inutile de préciser que c'est là une maladie extrêmement grave et, même si cela semble a priori la bonne chose à faire, la traiter de tous les noms n'est pas la meilleure des solutions. Intéressez plutôt votre enfant contaminé à la télévision. Rendez-le réceptif à la publicité. Expliquez-lui les bienfaits du pétrole et l'importance de la bourse. Abonnez-le à des magazines instructifs tels Chalenge ou Capital. Exigez de lui qu'il s'inscrive dans un cursus où toutes les unités d'enseignement sont anglicisées. (Quelques suggestions : marketing, trading, management, packaging, consulting, sponsoring, commercing, financing, enterprenement, ou encore publiciting.) Son cadeau pour noël Préférez les écoles privées : leur prix responsabilise d'autant plus qu'il est élevé. Ne lésinez pas sur les vêtements de marque et l'électronique dernier cri. Encouragez-le à contracter un crédit à la consommation. Ayez confiance, tous ces remèdes connurent un vif succès lorsqu'il fallut remettre dans le droit chemin les brebis égarées de 68. N'en doutez pas, il vous sera infiniment reconnaissant une fois sa vie normalisée et responsabilisée. N'oubliez jamais cet aphorisme maintes fois éprouvé : "la cravate rationalise les mœurs". Enfin, s'il croit à la reviviscence du Grand Bipède Apathique, faites-le catéchumène. Compléments Le Vidal Matien a beau être une version prétendument intégrale, elle n'en demeure pas moins incomplète, ce que nous déplorons à regret. Nous voulons pour preuve la chape de silence plombant tout ce qui touche –- de près ou de moins loin –- aux étroites corrélations entre la F.A.P.C.A. et la F.C.D. Tout d'abord, la frontière qui les sépare est parfois mince et délicate à discerner, ce qui peut engendrer de malheureux amalgames. Ainsi, trop de gens croient, à tort ou à déraison, qu'un adepte du langage SMS est atteint de flémingite ; diagnostique erroné s'il en est (et il en est), car, en ce cas, c'est en fait de connerie dont il s'agit... le flémingiteux, lui, n'écrit pas. Autre exemple significatif : la connerie ronge le consommateur de plats surgelés, tandis que la flémingite se contente de légumes crus, non lavés, et mangés sur pieds. En surplus, le Vidal Matien se garde bien de préciser que son remède transmue la F.A.P.C.A. en F.C.D. ; métamorphose d'autant plus aisée que le flémingiteux entrevoit tôt le haut degré d'oisiveté offert par les études susmentionnées, en termes de carrière. La flemme, qui auparavant ne devait rien à personne, devient alors parasitisme hiérarchique et empoisonne tout son monde : c'est l'un des symptômes après-coureurs de la connerie. Bref, dans les faits, F.A.P.C.A. et F.C.D. sont réciproquement duaux comme du bas, symplectiquement interdépendants et rétrovertibles, voire irrémédiablement emberlificotés. D'un autre côté, il arrive que l'encéphalogramme ordinairement plat d'un flémingiteux se mette exceptionnellement en branle (*charlotte), et le malade peut faire montre (*à gousset) d'une ingéniosité nonpareille dès qu'il sent sa flemme menacée (petit miracle de l'évolution). Nous avons recueilli le témoignage d'un professeur de mathématiques inconscient qui, un jour, fut amené à réveiller en sursaut un flémingiteux qui dormait au lieu de résoudre son exercice. L’élève qu'il avait osé sortir de sa torpeur lui rétorqua la chose suivante : "Monsieur le professeur, vous n'êtes pas sans savoir qu'il existe en ce bas monde des individus qui ne trouvent rien de mieux à faire que des calculs dans leur vésicule biliaire, et, en conséquence de quoi, se voient châtiés par l'ablation dudit organe ; notez qu'ils l'ont bien cherché, a-t-on idée pareille extravagance ! Et vous, votre éminence, vous voulez qu'en toute connaissance de cause j'effectue des calculs dans mon cerveau, seriez-vous devenu fou ? Souhaitez-vous qu'on m'ablate l'encéphale ? Cela me tuerait jusqu'à ce que mort s'en suive, nom d'un cénotaphe à roulettes ! Hein, regardez-moi, vous voulez qu'on me l'ablate ? Et pourquoi pas qu'on me le cancrelat tant qu'on y est ? Mais oui, allons donc ! " Hébété par ce raisonnement adialectique en trois temps (thèse, prothèse, foutaise), le professeur lui pria de répéter ces insanités mais le garnement, qui avait déjà refermé les yeux, se contenta de grommeler un simple « gnuf... », avant de partir retrouver Morphée et son pays merveilleux. Moralité : il ne faut jamais troubler le sommeil d'un flémingiteux, il est malin comme un singe qui dort et trouve toujours des circonstances exténuantes pour entretenir la flemme qui l'habite (*en bois). Flémingite et religion : le flémingitisme De nombreux flémingiteux considèrent dieu comme le premier beatnik de tous les temps (* même ceux du subjonctif). Ils le croient nonchalamment descendu sur Terre pour délivrer le message de flemme du Grand Bipède Apathique, et déplorent la vaste campagne de désinformation entreprise par les quatre évangiles canoniques, avec le succès qu'on leur connaît. Ils n’accordent donc aucun crédit aux affabulations des crétins pas très catholiques voire peu orthodoxes. Le schisme fut inévitable et le flémingitisme proclamé. Comme toute religion monothéiste, le flémingitisme comporte ses interdits, qui s'élèvent au nombre d'un seul : l'effort. Il s'avèrera par la suite que cette proscription était bien inutile puisqu'un tel blasphème ne serait venu à l'idée d'aucune ouaille (* il ne s'agit pas d'un cri de douleur dans ce con-texte). Quant à l'iconolâtrie, elle n'est pas de mise car elle demande un effort qui tombe sous le coup de l'interdit substantiel ; du reste, quand bien même me suive, la flémingite, à l'instar de la connerie, a mille visages et ne saurait être pleinement représentée dans sa globale universalité. Précisons que l'immanence, l'omnipotence, et la ventripotence du Grand Bipède Apathique ne souffrent aucune comparaison avec la transcendance de Raël ou du Messie Cosmo-Planétaire annihilateur d'atlantes. Adeptes du flémingitisme Pour le flémingitien, la mort n'est qu'une fractalisation de l'être et de l'étang heidegerriens : un passage vers l'eau-de-là et le pas-radis (* ni carotte, mais peut-être navet) appelé Jardin des Flemmes. Ce sein des seins serait renfermé dans une anomalie spatiotemporelle issue de la théorie des cordes pendantes, un monde miroir exotique uniquement composé d'antimatière amorphe, un monde dénué de ressources car tous les gisements sont autant épuisés que les âmes qui y résident, même s'ils n'ont jamais été exploités. Dans cet univers, davantage perpendiculaire que parallèle, la physique quantique n'existe pas : les lois de la Nature sont purement classiques et, surtout, le principe de moindre action est scrupuleusement respecté. Ce merveilleux principe, rappelons-le pour le profane, stipule qu'il existe au plus une seule trajectoire classiquement admissible entre deux événements spatiotemporels E1=(q1,t1) et E2=(q2,t2). Tout du moins, c’est ce que l’on croyait jusqu’à l’avènement de la physique quantique, cette théorie responsable de tant d’arrachements capillaires (* c’est d’ailleurs à cela qu’on reconnaît les physiciens : à vingt-cinq ans, ils arborent déjà tous le genou au sommet du crâne). Du point de vue quantique, toute trajectoire spatiotemporelle est recevable à ceci près que chacune d’elles est dotée d’une probabilité fluctuante qui lui est propre, ainsi que l’a prouvé Piedrofus, super-héros ès sciences. En voilà un brouillamini sans nom ! Heureusement, Flegman, également super-héros de son état et illustre père de la théorie des cordes pendantes, démontra que, dans un univers miroir fractalement flémingité, la physique quantique était violée et son alter ego classique irréfragable. C’est pourquoi, dans l’ouvrage "le Jardin des Flemmes", les particules alimentaires n’ont jamais pu se former, et l’antimatière n’est qu’un superamas hadronique supersymétriquement figé. Preuve : le principe de moindre action, gouverné par la loi de la flegmation universelle, n’admet plus que les mouvements à vitesse nulle dans un référentiel unique et absolument au repos. (* applaudissements, merci) _____________________ Citation de Piedrofus le sage : Comme tout irait mieux si on donnait le pouvoir à ceux qui ont la flemme de le prendre.
  2. PIEDRO

    Les piedronneries

    5ooo vues Merci de me supporter, dans tous les sens du mot
  3. PIEDRO

    Faire comprendre le raciste en une image

    Excellent Jack
  4. PIEDRO

    Les piedronneries

    Bonjour à tous Sachez que j'ai beaucoup d'estime pour mon oncle Piedrofus, il est pour moi un modèle pour son talent de chroniqueur (en 1 seul mot et avec un C pour initiale), son intelligence naturelle et son ironie bien venue. Pour le physique, malheureusement il n'y as pas photo, autant j'ai un physique de "jeune premier", autant pour Piedrofus ce serait plutôt "vieux dernier", mais le physique n'a rien à voir avec le talent et son mauvais caractère est le pendant de la non-reconnaissance de ses talents d'écriture auprès de ses pairs. Allez au boulot, j'ai un nouvel article à écrire ... ________________________ Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 36 - La flemmingite, le mal du siècle (1) La Flémingite Aiguë à Procrastination Chronique Autoentretenue (F.A.P.C.A.), ou plus simplement flémingite, est une maladie psychsomatologique hypoactive (à l'antipode du délirium très mince) qui fut officiellement identifiée lors de non événements historiques. De même que la F.C.D. (Fulguro Connerie Dégénérative), la F.A.P.C.A. se distingue par son irréversible nature pandémique, mais c’est néanmoins celle-ci plutôt que celle-là qui figure en première position du « top ten de la liste noire des maux bleus du siècle (Les maux qu'on dit avec les yeux), classement établi par l’ensemble des comités non indépendants de médecins, experts et nosographes, tous très cons-pédants dans leur domaine. C’est, en sus, la seule maladie répertoriée à être à la fois chronique et aiguë. Puisque la F.A.P.C.A. est un mal sérieux, Piedrofus le sage se devait de rédiger un article non moins sérieux à son sujet. Nous serions plus qu’irresponsables si nous nous fiions simplement au dictionnaire Vidal , cet ouvrage très apprécié des médecins lambda trop souvent bêta, référence absolue des innombrables monte-en-l’air de la prescription compulsive à tendance mercantile. Nous nous remettrons donc à la plus respectable des nosographies qui soit, une version intégrale mais non intègre du Vidal , revue et corrigée par les autorités gouvernementales, et les sinistres de l’intérieur et de l’extérieur, nous voulons dire : le Vidal Matien (c'est pas pour les chiens). Voici, à destination des parents, et dans un désordre non croissant de gravité, la symptomatique de cette terrible maladie, telle qu'on la trouve dans le Vidal Matien (c'est toujours pas pour les chiens). Votre enfant, dans sa prime jeunesse, a pour seul héros Gaston Lagaffe. Votre enfant est fréquemment sujet à de violentes fatigues, exponentiellement amplifiées au réveil, au coucher, et lors des multiples siestes de la journée. Votre enfant est atteint d'une forme de T.D.L.M. (Trouble Dysphorique du Lundi Matin) étendu à tous les jours de la semaine. Votre enfant écoute de la « musique » mono rythmée dont le tempo invariable et lancinant ne saurait excéder les 40 à 60 battements par seconde (largo). La gaieté de votre enfant vous fait penser à celle d’un catafalque, et sa vitalité à celle d'un mollusque univalve. Votre enfant ne parvient plus à vaincre la gravité du matin et déclare sa flemme à qui veut l'entendre. Votre enfant, en proie à une aphasie de type flémingitique, s'exprime sans flamme mais non sans flemme, parle sur un ton psalmodique, use immodérément d’onomatopées, apocopes, interjections monosyllabiques et autres syntagmes nominaux extrêmement sommaires, tout en riant bêtement, secoué par d'indiscernables soubresauts. (A noter : au stade avancé de la maladie, le rire niais, lorsqu'il s'avère trop fatiguant à réaliser pour le flémingiteux, peut laisser place à un grognement monocorde, voire à un borborygme indéfini.) Votre enfant, cataleptique au lit et abasique debout, procrastine tout le jour. Votre enfant, dans sa confusion mentale, refuse de consommer nombre de biens issus de l’honnête travail de nos cons-citoyens (tels les gels fixant longues durées, les préservatifs à tête chercheuse, les œufs en tube, les frigogidères à vapeur, ou les lave-linge programmables de Chine. Votre enfant effectue sa toilette avec une prodigue parcimonie toute relative, et à intervalles de temps douteux. Le savon ? Il s’en lave les mains ![3] Votre enfant, avec une ostentation non dissimulée, arbore des cheveux longs, empesés de crasse, et prodigieusement emmêlés (c.f. symptôme ci-dessus). Votre enfant revendique sa « qualité » de loque humaine : lui et ses congénères, autrement dit ses co-loques (même s'ils n'habitent pas nécessairement ensemble), s'accoutrent avec des loques dépenaillées et s'attifent de dread-loques insensées. Votre enfant insiste pour s’affubler de lunettes du même type que celles de John Lennon. Votre enfant préfère la bière au coca, le camembert aux repas équilibrés de Mc Donald ®, et les bicyclettes pourries aux derniers modèles de chez Décathlon. Votre enfant ne regarde pas les programmes hautement culturels diffusés à la télévision, il ne s’intéresse qu’à la culture de ses plants de chanvre à coucher qu’il contemple benoîtement, émerveillé par leur pousse infiniment prompte au regard de l’échelle de temps qui caractérise chacun de ses actes. Votre enfant émet le souhait d’intégrer une faculté (autre que médecine ou droit) et ne veut rien entendre aux grandes écoles qui façonnent pourtant, collégialement avec les facultés de médecine et de droit, l’élite de la nation. Il désire une université où il pourra se la couler douce, partir à vau-l’eau comme il l’entend, laisser libre cours à son aboulie sans suivre ses cours ni quitter son lit ; si possible une faculté de psychologie. Comme si cela ne suffisait pas, son délire l’amène à décliner l’honneur de financer ses études en travaillant pour l’une des vénérables entreprises qui font la grandeur d’un pays. Votre enfant, quand il s’y présente par inadvertance, échoue à tous les examens, même aux examens sanguins et d’urine, pour excès de delta-9-tétrahydrocannabinol. Votre enfant, pour un oui ou pour un non, voire pour un peut-être (la plupart du temps sous le couvert d’une grève illégitime et immorale), bloque sa faculté pour "rouler des oinjes peinard" (sic.) et la calfeutre afin de créer une atmosphère de claustration saturée en vapeurs délétères ; touffeur qualifiée, dans leur phraséologie rudimentaire, d’« effet aquarium géant ». (A noter : au plus fort de la maladie, son apraxie le contraindra au soutien à distance de ses camarades contaminés de frais). Votre enfant préfère l’amour à la guerre… (Attention à la bonne lecture de la proposition ci-devant : il ne goûte nullement les étreintes passionnelles – pourtant nobles – cordialement partagées avec les autochtones d’une nation belligérante qui veut attenter à sa patrie.)… Toutefois, faire la bête à deux dos ou voir la feuille à l’envers lui réclame désormais un effort que sa neurasthénie ne peut surmonter. Votre enfant prétend vivre dans un monde miroir à dimension fractale régi par l’indéterminisme ontique du Grand Bipède Apathique. Votre enfant veut pacifier les atlantes à mains nues. (A suivre) La religion dans la flemmingite, son traitement et ses compléments Citation de Piedrofus le sage : Je me suis aperçu que, si le travail bien fait est source de joies puissantes, la flemmingite savourée en gourmet ne l'est pas moins.
  5. PIEDRO

    Les piedronneries

    Piedro – 9 décembre 2018 Je profite de l’absence de mon oncle Piedrofus le sage pour vous décrire rapidement le personnage avant son prochain article. Hector à bien raison de vouloir le coiffer d’un entonnoir, dans la mesure où il franchement pas net, enfin pas complètement fini, bref il lui manque une pièce. Piedrofus est brouillé depuis son adolescence avec toute notre famille qui gérait assez mal le fait d'avoir un fils ou un frère préférant électrocuter des lézards ou guillotiner des mulots plutôt que de regarder tranquillement les Bisounours à la télé. A l'école, le jeune Piedrofus était également une grosse brêle, même en français contrairement à ce qu'on peut croire. Mon oncle est un être solitaire, petit, le dos voûté et il porte des lunettes épaisses comme des culs de bouteilles. Il ricane en permanence, ce qui a le don d'exaspérer ses rares visiteurs. Il se présente en tant que « professeur » mais il est bien rare de trouver dans les couloirs de sa bicoque froide le moindre diplôme. Il est doté d'une incroyable curiosité qu'il cherche à satisfaire par tous les moyens. Particulièrement asocial, Il a peu d'amis, excepté d'autres dérangés mentaux avec qui il discute de leurs dernières tentatives d’articles stupides. Bien qu'ayant renoncé depuis longtemps à ce que l'humanité ignare reconnaisse ses talents en matière d’écriture, par une étonnante souplesse de sa psychologie il reste encore très sensible et extraordinairement pointilleux sur l'appréciation de ses textes intelligemment stupides. Je le cite : La déstructuration littéraire que j’aborde est extrêmement puissante. Bien sûr il y a l'unique fricative post-alvéolaire sourde qui s'impose admirablement après le flot (littéral) de mots et qui structure le jeu voyelles antérieures basses/voyelles antérieures hautes avec décrochement par les occlusives alternées sourde/sonore. Et l'astucieuse aphérèse renforce encore l'effet. Rien à voir avec les écritures chiantes comme un annuaire, des métaphores minables, des histoires de sous-feuilletons télévisuels produits à la chaîne, des tonnes de guimauve de beaux discours pour enrober la médiocrité et une morale prônant la tartufferie. Quand je vous disais qu’il n’est pas complètement fini …
  6. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Hector dans ses jeunes années Piedronnerie n° 35 - Le dopage, la vérité Le dopage concerne tout ce qui est lié à la prise de substances chimiques dans le but d’améliorer ses performances et/ou sa concentration au moment de réaliser une épreuve qui met en jeu sa musculature, sa technique et ses aptitudes physiques. Ça n’a donc rien à voir du tout avec le sport et les sportifs, contrairement à une idée reçue. Pour le prouver, Pls s'est appuyé sur un récent sondage effectué par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA). Réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 10 004 sportifs de haut niveau, il fait ressortir que : Aucun de ces 10 004 sportifs de haut niveau n’a jamais pris je le jure monsieur le Président de produit dopant non mais vraiment c’est sûr alors là juré craché croix de bois croix de fer si je mens je vais en enfer. Aucun de ces 10 004 sportifs de haut niveau n’a jamais eu de soupçons sur le fait qu’un de ses adversaires aurait peut-être pris des substances dopantes d’ailleurs je ne sais même pas à quoi ça ressemble et puis ça se saurait on vit tous ensemble toute l’année alors il ne faut pas être paranoïaque avec ça vraiment c’est des inventions de journalistes en mal de sensation et faut penser un peu à nos familles. Aucun de ces 10 004 sportifs de haut niveau ne s’est jamais vu proposer la moindre substance dopante vous imaginez bien on vit dans un milieu sain in corpore sano le sport c’est avant tout le culte de la droiture et du respect de soi-même, des adversaires et des spectateurs et il est hors de question qu’on triche sinon à quoi bon obtenir des bons résultats si c’est dû à une aide chimique ? Aucun de ces 10 004 sportifs de haut niveau n’a entendu parler du mot « dopage » non ça alors c’est la première fois que j’entends ce terme vous me l’apprenez et quel est le rapport avec le sport ? Ah bon alors là je tombe des nues mais bon c’est vrai que j’ai dû arrêter mes études très tôt à cause de la compétition de haut niveau donc j’ai quelques lacunes à mon vocabulaire mais j’aurais appris quelque chose aujourd’hui. Et ça s’écrit comment dopage ? Voilà donc la preuve qu’il n’existe aucune relation de près ou de loin entre le sport et le dopage. Mais alors, qui utilise les produits dopants ? Car il faut bien qu’il y en ait qui s’en servent étant donné que la production annuelle de stéroïdes, EPO et autres hormones de croissance est environ 600 fois supérieure aux réels besoin thérapeutiques de la population mondiale, sans compter l’usage de drogues de type cocaïne ou marijuana également présentes sur les listes de produits interdits. Et bien pour le savoir, Pls a mené une enquête comme d’habitude scrupuleuse et indépendante dans les milieux les plus exposés. Le dopage intellectuel La littérature Depuis toujours l’écrivain a eu recours à des substances diverses et variées pour trouver l’inspiration. Dès la Grèce antique, des auteurs aussi réputées qu’Euclide, Homère ou herpès avaient coutume de commander à leur pharmacien (on disait apothicaire à l’époque) toute une série de composés chimiques stimulant leurs cerveaux. Il est vrai que l’angoisse de la dalle de marbre blanche et les récriminations de leurs éditeurs leur faisaient subir une pression de tous les instants. Le paroxysme de cette dépendance entre les auteurs grecs et le dopage fut atteint avec Socrate qui en panne d’inspiration voulu tenter une expérience avec une nouvelle drogue appelée ciguë. Après ça s’est un peu calmé. Nous voici maintenant à l’époque bénie de l’Égypte des Pharaons. Si technologiquement le peuple égyptien était à la pointe il y a 4000 ans, la maîtrise des produits dopants n’était pas encore parfaite. En réalité les écrivains égyptiens qui se voyaient confrontés à l’angoisse du papyrus blanc se firent refiler par des trafiquants peu scrupuleux des substances plus hallucinogènes que stimulantes. Du coup au lieu d’écrire des belles lettres toutes faites de pleins et déliés, les auteurs sous l’emprise de ces drogues maléfiques se mirent à dessiner des espèces de hiéroglyphes, je ne vois pas quel mot plus fort employer. Ces pauvres junkies, totalement sous l’emprise, furent appelés des scribes, terme que Champollion a traduit en français par drug-addicts. Si l'usage de ces substances égyptiennes s'est heureusement dilué dans le temps, les travaux du professeur Piedrokamon du Nil ont démontré de façon irréfutable qu'elles furent rapportés depuis le delta du Nil par les pionniers égyptiens fondateurs de la Belgique, prenant ensuite le nom de pot belge. Plus près de nous il faut rappeler que tous - je dis bien tous - les auteurs français de la période allant de la fin du XVIIIe siècle aux abords du XIXe arrondissement de Paris étaient dopés. Comment pouvez-vous imaginer que des écrivains tels que Zola, Balzac, Dumas, ou Victor Hugo aient pu produire un tel nombre d’ouvrages sans coups de pouce artificiels ? D’ailleurs ils ne s’en cachaient pas ; à l’époque, c’était même plutôt bien vu dans le microcosme littéraire. On sait par exemple que Flaubert marchait aux stéroïdes anabolisants, Victor Hugo à l’EPO (de première génération), Proust à la madeleine et les aristocrates à la lanterne. De nos jours, les auteurs sont bien moins enclins à avouer utiliser des produits dopants pour stimuler leur créativité. Mais pourtant tout le monde sait que cette pratique est plus que courante. On en trouve heureusement quelques-uns plus courageux que les autres qui n’ont pas peur de clamer haut et fort qu’ils ont recours à ces aides pour pouvoir travailler. Parmi ces écrivains très réputés, on peut citer Paul Foune (auteur de « Plus fort qu’avant »), Philippe Gramont (auteur de « Prisonnier du dopage ») ou encore Christophe Basset (auteur de « Positif »). Ces grands noms de la littérature, dont les livres hantent régulièrement les listes des best-sellers, sont un exemple pour l’honnêteté intellectuelle et partagent - outre le dopage – la particularité de porter une casquette, des lunettes, un maillot multicolore et des furoncles au derrière. Le dopage dans la peinture Helmuth Hunemull "Femme nue" et Stieg Ikearsson "Elktauer Je dois avouer que j'ai hésité avant de faire un chapitre sur le dopage dans la peinture car je ne fais ici qu'enfoncer des portes ou vertes (pas mal, applaudissements, merci Pls) ou bleues. L'usage de produits dopants en art pictural est à ce point répandu qu'il existe même un dicton populaire qui dit "chargé comme Hunemull", (encore bravo Pls) en référence au célèbre peintre renaissance allemand Helmuth Hunemull. Bref, le plus simple est de résumer tout ça en images pour prouver l'universalité de l'utilisation de produits illicites en peinture (voir ci-dessus). Le dopage chez les super-héros Hormis les artistes, les cas de dopages les plus fréquemment constatés se retrouvent dans le milieu des super-héros. À l'exception de Batman peut-être qui semble rester assez clean si on en juge par ses capacités physiques médiocres ( Le problème semble en revanche se poser pour la Batmobile dont les capacités motrices dépassent largement la norme des voitures de M. Tout-le-monde), tous les super-héros ont recours à des produits stimulants pour se doter de super pouvoirs. Ce n’est vraiment pas un bel exemple pour notre jeunesse qui aime à prendre qui Superman, qui Spider-Man, qui Hulk comme exemples dans la vie, n’hésitant pas parfois à se costumer et grimer comme leurs modèles. Malheureusement, ces faits ne peuvent qu’être établis sur la base de constations visuelles mais non pas grâce à des tests urinaires ou sanguins infaillibles. On se souvient encore de l’état pitoyable dans lequel s’est retrouvé le Professeur Strafonmeier après avoir mis en colère Bruce Banner en tentant de le faire pisser de force dans un flacon. Il reste malgré tout peu probable qu’un humain normalement constitué parvienne à voler, produire des toile d’araignée, devenir invisible ou se transformer en torche humaine s’il n’a pas reçu en intraveineuse auparavant un stéroïde anabolisant ou une substance du même acabit. Il existe heureusement des moyens de lutter contre cette conduite anti-chevaleresque grâce à l'utilisation de contrepoisons efficaces et adaptés à chaque cas. Le tableau ci-dessous résume l'état actuel de la recherche dans ce domaine : Super héros Substance incriminée Contrepoison Superman Atmosphère terrienne Kryptonite Spider-man Venin d'araignée radioactive Baygon jaune Hulk Caféine Xanax La Torche Butagaz Sicli L'Homme Invisible La Peinture Valentine Ne croyez pas non plus que ce fléau soit circonscrit aux super-héros américains, ce serait se voiler la face. Plus près de nous – en tout cas géographiquement sinon temporellement – on connait l’exemple d’une tribu d’irréductibles gaulois qui ne se privaient pas d’augmenter leur force physique par le truchement d’un produit appelé ironiquement « potion magique ». Et on pourrait signaler d’autres cas encore plus pathétiques car touchant carrément les enfants comme le célèbre Benoît Brisefer. Le dopage chez les animaux Grâce à un dérivé de la cortisone produit par Sanofi, la fourmi parvient à soulever 60 fois son poids apparemment sans effort. Pas de quoi être fière, madame. À force de se laisser dire que l’homme est un être supérieur, les autres espèces animales se sont senties dépréciées et rabaissées. À tel point que certaines d’entre elles ont cherché à augmenter artificiellement leurs capacités pour essayer de se faire une place au soleil des créatures les plus performantes. On pense bien sûr au guépard capable de passer de 0 à 100 km/h en 6,7 s départ arrêté, à l’ours polaire capable de supporter une température de -55°C. Autant de résultats qui à l’état naturel ne pourraient pas être obtenus. Bien sûr, on ne peut pas trop en vouloir à nos amis inférieurs d’avoir recours au dopage pour améliorer leur image. Ce sont les vétérinaires ripoux qui leur fournissent ces substances qu’il faut fustiger, ainsi que les laboratoires pharmaceutiques qui par simple gout du lucre préfèrent développer ces produits dangereux. D’autant que cela va parfois très loin. D’après certaines vidéos que nous avons pu nous procurer, il existerait une substance permettant à la fourmi de décupler sa force et de porter jusqu’à 60 fois son propre poids ! Ça fait froid dans le dos. _________ Mais je veux être honnête jusqu’au bout chers membres et lecteurs de mes bétises sur ZONENET, je vous fait ici mon coming-out. Moi-même, il m’est arrivé de prendre des substances dopantes pour écrire mes articles (jus de brocolis, écrasé de merguez, gratin dauphinois ...) afin de parvenir à être au top de l’humour intelligemment stupide. Mais je vous jure solennellement que j’ai totalement arrêté. D’ailleurs c’était juste avant de commencer ce texte sur le dopage. Citation de Piedrofus le sage : Non loin est le jour où le dopage ne sera rien de plus qu'un moyen de s'élever... à la moyenne !
  7. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Avant de continuer mon article sur les voitures (quel bel animal), je suis estomaqué que Zonenet soit connu en Corée du sud, sus nommée La République de Corée (대한민국 , 大韓民國) . En effet suite à la remarque de mictail (merci) concernant les voitures Hyundai et Kia, je viens d'être destinataire d'une missive officielle émanant de Séoul avec comme expéditionnaire Gangnam Style sous couvert de Moon Jae-in actuel Président de la république. Ils considèrent que c'est une honte que les voitures de la Corée du sud ne soit pas mentionnée dans mon article. Je vous livre l'intégralité du message : 우리는 천하무적 선생님은 너무해 별난 이웃 이다음에 어른이 되면 아빠는 괴로워 Un peu dur non ? Piedronnerie n° 34 - La voiture - Quel bel animal ! (3) Pour la plupart d’entre nous, la voiture est d’abord et avant tout un animal de compagnie avec lequel on aime jouer ou regarder la télévision et qui n’apprécie rien tant que dormir au pied du lit de ses maîtres vénérés. Mais l’extraordinaire intelligence de cet animal hors-normes permet aussi de l’utiliser (on n’ose dire "exploiter") pour des tâches utiles à la société. Voici quelques exemples : Voitures-policiers La plupart des commissariats français disposent désormais d’un effectif plus ou moins important de voitures-policiers. Ce sont le plus souvent des races entrant dans la classification "diesel", choisies pour leur résistance et leur plus grande autonomie. De prime abord, il n’est pas aisé de les distinguer des voitures domestiques mais on pourra remarquer parfois sur le toit des voitures-policiers des yeux supplémentaires qui clignotent très vite. Le cri de la voiture-policier est également l’un de ses signes distinctifs. Alors que la plupart des animaux automobiles manifestent leur présence d’un simple vroum vroum pouët pouët, la voiture-policier se signale par un étonnant et binaire Tuuuuuu-duuuuuu-tuuuuuu-duuuuuu reconnaissable entre mille. Le rôle de la voiture-policier est d’épauler les forces de l’ordre au moment d’appréhender un suspect, notamment en cas de poursuite sur une route. Certaines sont aussi spécialisées dans la recherche de stupéfiants, mais les premières expériences dans ce domaine ont donné des résultats mitigés. Notons pour l’anecdote qu’il existe aussi des voitures-pompier qui se différencient par leur couleur (rouge) et leur cri (pimpon). La voiture de course Après les taureaux, les escargots ou les chevaux, la voiture est l’un des animaux fétiches lorsqu’il s’agit des courses. Le monde du cheval, sans doute jaloux, a d’ailleurs largement copié celui de la course automobile en s’arrogeant les termes d’écurie ou de paddock, mots qui ne s’employaient que dans le cadre de manifestations voiturières. Il existe une multitude de courses de voitures différentes et il serait laborieux d’en faire le tour. Les plus connues sont les voitures étalon appelées formules 1, les voitures sauvages de type rallye WRC championship ou encore les voitures naines qu’on utilise dans les courses dites de « Kart ». Les voitures donnent dans tous ces cas lieu à des compétitions internationales très relevées dans laquelle les éleveurs se battent à coup de millions. Les droits télé et les paris sportifs sont à l’avenant. Déviances voiturophiles Malgré sa taille impressionnante, la voiture est un animal non seulement inoffensif mais aussi, contrairement à l’éléphant ou au rhinocéros, totalement dépourvu de défense face à la méchanceté souvent gratuite de l’homme. Il n’est donc pas surprenant que quelques pervers abusent de la faiblesse de ce fier étendard de la nature pour laisser libre cours à leurs fantasmes les plus tordus. Voici une liste d’exemples, malheureusement non exhaustive, des cas les plus sordides de déviances liées aux voitures. Le tuning Habiller un chien avec un petit gilet de laine, on trouve ça ridicule mais ça passe encore. Mais quand on laisse un propriétaire de voiture véritablement déguiser – je ne vois pas de mot plus fort – son animal de compagnie avec toutes sortes d’accessoires, on ne peut être qu’outré. Malgré la pression des associations de défense des animaux telles que l’Automobile Club de France, les accros de ce qu’on appelle le tuning parviennent à se retrouver grâce à des réseaux undergrounds utilisant le plus souvent le relai d’Internet et des nouvelles technologies pour s’échanger photos, adresses ou conseils. Sièges-baquets, néons fluorescents, caissons de basses monstrueux, spoilers et que sais-je encore, le tuning ne semble connaître aucune limite. Les photos ci-dessus ne sont là que pour servir d'illustrations à mon propos mais je préfère avertir les âmes sensibles qu’elles feraient mieux de passer au chapitre suivant car il y a de quoi être écœuré. Combats de voiture Ce pourrait être votre voiture, pensez-y la prochaine fois que vous assisterez à un tel spectacle, pervers. Si on peut encore accepter le principe des courses de voiture puisqu’il s’agit pour la plupart des races d’un animal dynamique et joueur, il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur que représentent les combats de voitures. Ils sont le plus souvent organisés à la campagne dans des endroits reculés pour éviter d’attirer le regard de la brigade de répression de la délinquance faite aux volants. Le principe est toujours le même : on lâche dans une sorte d’arène quelques voitures innocentes mais qu’on a souvent maltraitées pour les rendre agressives et il s’ensuit un véritable affrontement dont seul le dernier véhicule encore en état de marcher debout sort vainqueur. Le public, en transe, parie sur son favori et espère remporter la mise. Bondage Quand on pense que certains disent que la voiture ne ressent pas la souffrance… Abusant de leur faiblesse, les adeptes du sadomasochisme trouvent aussi dans l’innocente voiture le moyen de libérer leurs pulsions destructrices. Ainsi ils n’hésitent pas à attacher les membres de leur animal avec des chaînes en acier inoxydable, riant de voir leur compagnon à quatre roues ainsi entravé. Notons toutefois que cette pratique est heureusement circonscrite dans le temps (l’hiver) et dans l’espace (à la montagne). Il ne manquerait plus que cela se généralise ! Mythes et légendes concernant la voiture Pour terminer ce dossier sur une note humoristique, mais aussi instructive je vous rassure, voici enfin la vérité sur quelques-unes des nombreuses légendes urbaines liées à la voiture. Le document apportant soi-disant la preuve de l’existence de voitures hybrides. Le montage grossier ne trompe personne. Certains rapportent avoir déjà été en présence de ce qu’on appelle faute de mieux des "voitures hybrides". D’après leur témoignage, l’animal serait physiquement proche de la voiture telle qu’elle nous est connue mais aurait la particularité d’avoir adopté un régime alimentaire mixte à base d’essence d’un côté et – tenez-vous bien – d’électricité. Il s’agit bien entendu d’affabulations d’alcooliques en mal de publicité relayées par des journalistes en mal de sensations. La voiture ayant toujours montré depuis sa découverte sa capacité à évoluer en fonction de son environnement, on ne voit pas l’intérêt de l’apparition d’une telle espèce hybride. Et pourtant, cela n’a pas empêché d’autres mythomanes d’aller encore plus loin en évoquant l’existence de voitures 100 pour 100 électrique ! Comme si la voiture était désincarnée en un vulgaire objet. Le comble. Combustion spontanée Si les cas de combustion spontanée appliqués à l’homme n’ont jamais été scientifiquement prouvés, il semble que la voiture souffre réellement de ce phénomène étrange. Les conditions de la combustion sont souvent les mêmes : la voiture est seule dehors, de nuit et ça a généralement lieu dans une ville de banlieue populaire. On retrouve le matin le cadavre de la voiture, entièrement calciné, sans que rien autour n’ait brûlé (à part quelques poubelles le cas échéant). Les scientifiques n’ont que peu d’hypothèses crédibles pour expliquer ce phénomène. Certains parlent de cigarettes mal éteintes mais on n’a jamais vu une voiture fumer donc cela reste assez peu probable. Une surchauffe interne due à un surcroît d’activité est envisageable mais d’après les garagistes-légistes, tous les cas avérés de combustion spontanée ont eu lieu sur des voitures au repos. Étrange. Cimetière des voitures On a longtemps cru que ces cimetières n’existaient que dans l’imagination des poètes mais depuis que Google Earth a mis à notre disposition des images satellites du globe entier, nous avons pu avoir la preuve de l’existence non pas d’un, mais de nombreux cimetières de voitures parfois situés à la périphérie des grandes villes. Mais dans la grande sagesse, l’humanité a préféré laisser ces lieux inviolés pour permettre à nos compagnons préférés de continuer à y reposer pour l’éternité en toute quiétude. Même mourante, la voiture a l’intelligence et l’instinct de s’imbriquer dans ses camarades de façon à optimiser l’espace disponible. Conclusion Voilà, je pense avoir été assez complet sur ce bel animal qu’est la voiture. Oh certes on pourra toujours trouver d’autres choses à dire mais je vous renvoie sur les nombreux ouvrages consacrés au sujet ou les reportages que vous pouvez voir toutes les semaines dans l’émission populaire "30 millions de véhicules ". Citation de Piedrofus le sage : La voiture est le troisième testicule de l'homme moderne
  8. PIEDRO

    Les piedronneries

    Elle s'appelle Mercedes ....
  9. PIEDRO

    Quiz Devinettes ( Les énigmes de Peterpan )

    Moi, j'y suis .... Je dirais même que je suis tendance
  10. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 34 - La voiture - Quel bel animal ! (2) Piedrofus le sage, après avoir démontré mathématiquement et de façon magistrale, que la roue arrière suit toujours la roue avant, a été destinataire d'un message personnel d'un certain Gégé (Qui se cache derrière ce pseudonyme ? hector, mictail, un autre membre de Zonenet ... allez savoir) , VCM de son état (Vétérinaire en Chirurgie Mécanique) et qui estime que nous ferions mieux de maitriser les bonnes méthodes pour s’occuper de la meilleure des façons de nos quadrupèdes préférés avant de nous lancer plus avant dans cet article. Je vous livre son message comme il le souhaite dans son message : « Bonjour m’sieurs dames. Ah là, y a pas à tortiller midi à quatorze heures avec le dos de la cuiller. Pour votre voiture, je ne vois qu’une chose, bien la nourrir avec un assortiment d’essence parfumée au soufre ou au plomb (octane 95 ou 98 selon la race), d’huiles essentielles de vidange, d’eau déminéralisée et un peu de graisse mais pas trop. Vous devez la sortir tous les jours et bien lui vérifier régulièrement ses constantes vitales qu’on appelle dans notre jargon de spécialiste les "niveaux". Cela comprend notamment la pression artérielle dans les pneus et le taux de carbone dans l’huile. Et surtout faites bien attention, la voiture n’est pas un animal comme les autres : plus son régime est élevé, et plus il lui faudra de nourriture. En cas de maladie, mes collègues et moi seront toujours là pour lui prodiguer les meilleurs soins, mais je vous préviens, ça va vous coûter bonbon, surtout en main d’œuvre. » _______________________ Les nombreuses races de la plus grande conquête de l’homme Depuis les découvertes des premières races de voitures, cet animal n’a cessé de surprendre les scientifiques spécialisés par sa diversité. Lesdits scientifiques ont pris le nom de «concessionnaires » en raison des nombreuses concessions qu’ils ont du faire pour étayer certaines de leurs hypothèses et conjonctions parfois tirées par les cheveux. Il existerait plus d’une centaine de races de voitures, chaque race étant elle-même déclinée en plusieurs spécimens parfois très éloignés les unes des autres ou pouvant varier sur quelques points de détail. Les concessionnaires ont attribué un nom scientifique à ces variations : les options. Parmi ces fameuses options, on pourra citer pêle-mêle les "jantes alu", la "climatisation" ou encore les "sièges en cuir", et moultes accessoires de noms qui ne vous évoquent sans doute rien du tout mais qui soulignent l’étonnant polymorphisme de cet animal décidément plein de surprises. Historiquement, il existe trois grands foyers d’où sont originaires la majorité des voitures, l’Europe, les États-Unis et le Japon. En Europe, on en retrouve en France, en Allemagne en Grande-Bretagne, en Italie et un peu en Espagne, mais il existe également un noyau en Scandinavie, particulièrement en Suède. À l’est de notre continent apparaissent sporadiquement quelques spécimens dont l’origine est apparemment délicate à établir. D’un côté elles semblent proches physiquement des races occidentales mais leur anatomie est le plus souvent constituée d’organes semblant provenir d’Asie. Cette étonnante mixité pourrait être la conséquence de flux migratoires non répertoriés qui auraient engendré ces races métissées. Voici quelques exemples des races européennes de voitures les plus connues : En France : le cheptel français est constitué de trois grandes races, les renaults, les peugeots et les citroëns. Ce sont des voitures très faciles à domestiquer, assez paresseuses mais plutôt agréables et que les enfants apprécient. En Allemagne : les voitures allemandes (principalement les races bmws, mercedes et audis) se caractérisent par leur force et leur robustesse. Des spécimens bien équilibrés mais assez voraces et qui peuvent se révéler ruineux pour leurs maîtres. Elles sont surtout appréciées par les hommes. En Italie : terre de contraste s’il en est, l’Italie possède deux catégories de voitures radicalement opposées, d’un côté les fiat de très petite taille que les femmes adorent et d’un autre les véritables bêtes de course que sont les ferraris, maseratis ou autre lamborghinis. En Grande-Bretagne : des voitures assez snobs comme les rolls royces, daimlers ou jaguars (rien à voir avec l’autre animal du même nom) ou des races à la fois petites et sportives comme les austins ou aston martins. En Suède : deux races principales, les volvos et les saabs. Des voitures assez imposantes comme le sont souvent les scandinaves. En dehors de l’Europe, c’est sur le continent nord-américain que l’on trouve le plus de races différentes. Habituées aux grands espaces vierges, les voitures américaines souffrent un peu comme les habitants des États-Unis d’une certaine surcharge pondérale à la limite de l’obésité et ont besoin de beaucoup de nourriture pour rester alertes. De santé fragile, elles ont une espérance de vie inférieure à celle des races européennes. Découvertes après la seconde guerre mondiale, les voitures japonaises semblent avoir profité de la génétique pour assimiler le meilleur des familles qui les ont précédées. Si les premiers possesseurs de races nippones étaient surtout attirés par le côté exotique de l’animal, force est de constater que leur succès est croissant à la fois en Europe et en Amérique ou de plus en plus de "propriétaires" succombent au charme oriental. Il faut d’ailleurs noter que les races de voitures japonaises naissent souvent avec un maximum d’options, ce qui les rend encore plus attirantes. Des espèces menacées Mais attention, l’immense variété des races de voitures ne signifie pas qu’il ne s’agit pas d’animaux en danger. De nombreuses familles entières de bagnoles comme on les appelle familièrement ont été quasiment rayées de la surface du globe par la faute des hommes. Qui se souvient encore des simcas, plymouths ou autre matfords ? Et quand ce n’est pas une race entière qui disparaît, c’est parfois une sous-famille qui est menacée d’extinction. Malgré les efforts de certains passionnés qui tentent de continuer à les élever voire les exposer aux yeux du grand public dans des zoos, il est de plus en plus rare de rencontrer des 2 CV de race citroën ou des renaults de la famille des 4L. Pour vivre, la voiture a besoin d’un renouvellement constant du dioxyde de carbone présent naturellement dans l’air. La promotion de la lutte contre le réchauffement climatique, l’effet de serre ou la pollution, nuit à l’accroissement de la population automobile et seuls les spécimens les plus jeunes et les plus solides parviennent à survivre. Pourtant les solutions sont là, à portée de boîte à gants. Ne plus brider les voitures, les laisser se promener partout dans la nature et à tout moment, arrêter cette effroyable politique de jeunisme qui consiste à sacrifier les véhicules jugés trop âgés lors de terribles massacres dans des camps de concentration qui portent le nom sinistre de "casse"... Avec un peu de bonne volonté, l’homme pourrait cohabiter avec toutes les races de voitures, y compris les plus anciennes. On pourrait autoriser à adopter un véritable animal de race dans les nombreux refuges de la SPV (Société Protectrice des Voitures). Heureusement, il existe encore des hommes et des femmes courageux qui au mépris de cette tendance écologique destructrice tente de faire subsister notre patrimoine automobile. Ainsi on a vu récemment des tentatives exemplaires de réintroductions de races ou familles de voitures qu’on croyait disparu comme la coccinelle ou la panda (à ne pas confondre avec le panda qui lui pérore et pullule du haut de son eucalyptus). Et on ne saurait trop saluer l’initiative actuelle de reproduction en captivité des quelques exemplaires restants de DS qui fut, rappelons-le, l’animal de compagnie favori du Général de Gaulle. Citation de Piedrofus le sage : Sans l'invention de la roue (av et ar qui se suit), les pilotes de courses automobiles seraient condamnés à porter leur voiture sur le dos (A suivre) Les déviances voiturophiles
  11. PIEDRO

    Les piedronneries

    Même dans un virage, la roue arrière passera là ou la roue avant est passée. Soit RAV (roue avant) un corps universel préclos et stable. Soit T une algèbre préétablie anticommutative et non associative. Pour toute fonction super-multiplicative f de RAR (roue arrière) dans T, on a : f est de carré additivement sommable ssi f est lorentzienne ; Dans ce cas, l'intégrale de Green de f le long du bord infini de RAV est égal à l'intégrale de la différentielle de f sur le corps dérivé de RAR (formule de Stokes fonctionnel) ; Pour tout opérateur RAR sur un T-module de Hilbert, la mesure défnie par f(A) sur R est la primitive radicale de la mesure définie par A-df(A) sur le produit tensoriel gauche de RAV par la dérivée de T ; Le logarithme binaire est la seule solution de l'équation de Navier-Stokes quantique sur R^2. Élémentaire mon cher Hector ... Pls
  12. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 34 - La voiture - Quel bel animal ! (1) La voiture est un animal quadrupède de la famille des véhicules légers (lat. gracilis vehicularum) connu par l’homme depuis la fin du XVIIIe siècle et dont la domestication a débuté environ 100 ans plus tard. Très répandue sous nos latitudes, elle a la particularité de pouvoir s’adapter rapidement à son environnement, devenant l’une des figures de proue de la théorie de l’évolution. Origines Contrairement à la plupart des animaux, la voiture n’a pas d’ancêtre préhistorique connu. Les nombreuses fouilles effectuées depuis plus d’un siècle sur des sites aussi célèbres que, Sochaux en France ou Detroit aux États-Unis n’ont pas réellement permis de trouver un dénominateur communs à toutes les espèces actuelles. La seule piste un peu concrète sur l’origine des voitures est liée à la découverte en 2004 à Traban (ex-Allemagne de l’Est) d’un arbre à came fossilisé. Mais les véhiculotonlogues chargés des fouilles n’étant pas parvenu à retrouver le reste du squelette, il est difficile d'avancer des hypothèses fiables. Il est même possible que cette pièce exposée depuis l’an passé au Volkswagen Museum de Hanovre soit en réalité l’œuvre d’un plaisantin. La première mention de ce qui pourrait ressembler à une forme primitive de voiture est due au zoologiste français Piedrobus le cabossé (1725-1804). Se promenant en 1770 dans les profondeurs de l’inquiétante forêt de Fontainebleau, il eut la surprise de se retrouver nez à calandre avec un véhicule sauvage tel qu’il n’en avait jamais vu auparavant. Effrayé, l’animal tenta de fuir mais Plc, habitué à traquer le fauve sauvage dans les nouvelles colonies africaines, eut le réflexe de lui bloquer la route à l’aide de cales en bois qu’il inséra sous chacun des membres du fier représentant de la jungle seine-et-marnaise. Le fardier, grossier ancêtre de la voiture avec ses 3 roues et sa calandre proéminente. Il ramena sa découverte à la capitale où elle devint un véritable objet de curiosité, le Tout-Paris se pressant pour admirer l’unique représentant d’une espèce encore inconnue. Faute d’idée réellement originale, Plc baptisa cet animal "le fardier", appellation aujourd’hui totalement oubliée mais dont est issu le mot "phare" qui désigne l’appareil oculaire des voitures actuelles. On tenta de trouver d’autres spécimens de fardiers, espérant obtenir de bons résultats de reproduction en captivité, mais ce fut en vain. L’animal survécut très peu de temps hors de son milieu naturel. Lors d’une de ses premières sorties, il tenta de s’enfuir et se tua en entrant en collision avec un mur situé au mauvais endroit au mauvais moment. On peut encore admirer son squelette au Musée des Arts et Métiers de Paris, endroit plutôt incongru pour un animal mais bon. Il faudra attendre plusieurs décennies pour retrouver des traces de voitures. On découvrit quelques spécimens plus ou moins proches du fardier en Europe et en Amérique du nord notamment mais tout s’accéléra au début du XXe siècle. Presque simultanément et sans concertation, les naturalistes français André Citroën et Louis Renault d’un côté et l’américain Henry Ford d’un autre tombèrent sur de véritables troupeaux de voitures. Il y en avait tant et plus que pour la classification, ils préférèrent utiliser des lettres et des chiffres au lieu des noms latins un peu lourdingues. On parlait alors à l’époque de la Ford T ou de la Citroën Type A voire de la Renault Type D série B. On peut encore avoir la chance de rencontrer des Ford T dans leur environnement naturel dans les grands parcs automobiles américains. Personne n’est parvenu à expliquer l’émergence en des lieux distincts du globe de ce qui semblait être de véritables générations spontanées d’une nouvelle famille d’animaux. Quoi qu’il en soit, c’est à partir de cette époque que l’homme commença à apprivoiser, domestiquer puis carrément élever les voitures qui ont perdu peu à peu leur caractère sauvage pour devenir de véritables animaux de compagnie. Anatomie d’une voiture La voiture représente une espèce à part dans l’univers zoologique. L’animal dont elle pourrait éventuellement se rapprocher le plus est la tortue puisqu’on y retrouve également quatre membres et une solide carapace mais la ressemblance s’arrête là. La voiture n’a rien d’un reptile ni d’un mammifère. Bien qu’il existe de rares spécimens amphibies, on ne peut pas non plus la classer dans la famille des poissons et encore moins dans celle des oiseaux ou des fers à repasser. Les spécificités anatomiques de la voiture sont telles qu’il a carrément fallu définir un vocabulaire adapté pour la nomenclature de ses différents organes. Voici un schéma récapitulatif établi par un célèbre institut voituro-zoologique spécialisé indiquant les noms des éléments constituant une voiture, avec leurs correspondances. Comme on le voit, l’anatomie de la voiture semble toute entière faite pour la course. Bien que très docile, c’est un animal qui a besoin de beaucoup bouger sans quoi il s’encroûte et ses muscles ont tendance à rouiller. Dès qu’on lui propose de partir en promenade, elle démarre au quart de tour (excepté en cas de maladie). Citation de Piedrofus le sage : La roue arrière d'une voiture passera là où la roue avant est passée. (A suivre) Les nombreuses races, les espèces menacées …
  13. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 33 - Comment expliquer la procréation aux enfants Comment expliquer aux enfants la procréation ? Ah ahhhhhhh... Alors ? J'attends la réponse, enfin surtout la petite fille en face de vous qui vous regarde avec un regard de chien battu. Quelle est cette pointe de rouge sur vos joues ? Et cette lueur d'ignorance voire de stupidité dans le regard ? Allez c'est bon, j'ai trop pitié, voilà quelques pistes pour se dépatouiller de cette situation que les néophytes oseraient qualifier de délicate. La gentille cigogne Qui n'a jamais entendu parler de la belle histoire de la cigogne qui apporte par une belle nuit un bébé dans un mouchoir suspendu à son bec sur le pas de la porte de ses futurs parents ?... C'est beau comme histoire non ? Allez essayer de raconter ce ramassis de conneries beau conte à la petite demoiselle. Ça ressemble à tous ces contes de fées qu'elle entend à longueur de temps, elle devrait donc y croire aussi à cette version, et donc dans 5 minutes chrono, à vous la paix ! Résultat Les jeunes d'aujourd'hui grâce à la technologie sont un peu plus instruits que nous à leur âge... Qui plus est, il se trouve que la petite commence à vous expliquer qu'elle est surdouée, mais que personne (vu son jeune âge) ne veut lui dire la vérité sur la venue des bébés. Au final, au lieu d'avoir une question chiante, on se retrouve enterré, submergé, par une invasion de questions comme : Pourquoi on les voit jamais les cigognes ? J'ai lu quelque part que le poids des oiseaux était étudié pour qu'ils puissent supporter juste leur poids, alors elle devraient pas voler les cigognes, comment elles font ? J'sais que les bébés c'est petit, mais au point de réussir à les faire tenir dans un mouchoir ??? Comment les cigognes savent à qui elles doivent livrer ? On peut pas leur faire de bon de commande, c'est pas intelligent les cigognes ! Et pour finir, last but not least : Ça répond pas à ma question : comment ils SONT FAITS !!!!! Voilà, retour à la case départ ! Les rois du jardinage Deuxième solution de grand-mère à essayer de faire gober à la chère tête blonde : les ptits choux et les petites roses. On les plante, et hop on récolte les bébés dans les légumes. À première vue ça a l'air encore plus débile et moins crédible que la cigogne, mais bon les enfants sont tellement pénibles ont une imagination tellement développée, ça peut peut-être marcher. Résultat Ça vous a pas suffi la louchée de questions de votre première pseudo-explication ? Bon en voilà des nouvelles ! Où on les trouve les graines ? Mamie elle a des choux chez elle mais y'a jamais eu de garçon dedans ! Pourquuoooiiii ? Tu me prends pour une débile ? Et voilà, le peu de crédibilité qui vous restait est fichu en l'air. À votre place, rien que le fait de savoir qu'une gamine de 5 ans pense de moi "Pauvre con", je commencerais à penser sérieusement au suicide ... Bon allez cette fois-ci on se reprend, nom de nom, parce qu’elle ne lâche pas le morceau la petite ! Le jardinage en un peu plus crédible Oui, oui on est sur la bonne voie, vous vous reprenez enfin, et racontez une version édulcorée de la merveilleuse aventure de l'amour, du papa et de la maman qui s'aiment beaucoup, et le papa plante finalement sa graine dans le ventre de la maman, c'est pourquoi son ventre il gonfle etc... Bon c'est exponentiellement chiant mais bon c'est presque la vérité. En plus ce coup-ci la mioche a réponse à tout embryon d'idée tordue qui pourrait lui passer par la tête. La voilà enfin la solution finale, votre succès tant attendu, votre estime est enfin de retour !!! Tout devrait donc se dérouler au mieux... enfin en théorie ! Résultat Un môme sera toujours plus curieux que prévu et donc la petite n'est pas satisfaite. Pour elle c’est pas crédible, c'est nul, et de toutes façon elle a un amoureux qu'elle aime beaucoup mais c'est pas pour ça qu'ils ont un enfant. Et puis cette histoire de graine qui revient tout le temps c'est carrément stupide, elle va faire tous les samedis les courses avec sa maman et elle n’a jamais vu les graines. Et pis comment on fait pour planter une graine dans le ventre de quelqu'un, on ne va quand même pas lui ouvrir le ventre ! Un peu de science... Bon comme ça elle est surdouée, et elle ne gobe pas les histoires à dormir debout dont n'importe quel marmot se contenterait ? Eh bien, parlons-lui comme un bon prof de bio (vous savez celui que personne ne peut encadrer et qui a toujours un bordel monstre dans sa classe...). Vous ressortez du grenier un vieux livre de bio de terminale tout poussiéreux, et schémas à l'appui vous commencez à parler de la rencontre des gamètes, de la division cellulaire, de la spécialisation des cellules... Dans votre élan de bonté, vous lui expliquez même les différences entre les jumeaux monozygotes et dizygotes... Toute votre jeunesse vous vous demandiez à quoi cela servait ces cours à part vous préparer psychologiquement au purgatoire, mais à cette heure-ci vous seriez presque prêt à embrasser tous ces profs en blouse blanche. Résultat Nan mais tu crois que tout ça je ne le savais pas déjà ? C'est pour ça que tes histoires de graine, je n’étais pas prête de les gober, mais j'voulais pas te vexer au cas où t'y croyais encore. Mais bon moi j'veux savoir ce qui se passe avant la division cellulaire, personne a voulu me le dire ! J'ai quand même un bac S, mais soit disant que ce qui se passe avant on le dit pas aux petites filles de 7 ans » Saturation On craque on dirait ? Reprenez le contrôle, allez c'est bon. Un petit discours légèrement nerveux sur le fait que ce n'est pas à vous de lui expliquer les choses de la vie, mais à ses géniteurs ou d'autres personnes dont c'est la tâche toute dévouée... « En parlant de tache, t'en fais une belle »... Et en plus elle manie l'humour, qu'est-ce qu'elle est adorable. Comme un boomerang, elle vous renvoie sa petite question en pleine poire « Dis comment on fait les bébés ? ». Mais je crois que cette fois-ci c'est la fois de trop. Je vois une lueur de de désespoir dans votre regard, les cheveux en bataille, avec des trous par endroits à cause des touffes que vous avez commencé à arracher. Les dents et les poings serrés, la bave aux lèvres, vous esquissez un sourire diabolique et vous susurrez à la petite « Attends, je vais te montrer, hin-hin.. ». Je sens la catastrophe arriver... À bout de nerfs vous foncez au premier vidéo club, trouvez la vidéo la plus salace qui vous puissiez trouver et vous la passez en boucle à la pauvre petite... là plus d'explications, les images parlent d'elles-mêmes. Résultat La petite est repartie en courant chez elle, en hurlant et pleurant. Les parents et les voisins lui ont demandé de tout raconter, et pour une fois, elle a obéi. Toute la communauté a été outrée, et a contacté la gendarmerie pour pédophilie. À cette heure-ci vous êtes en garde à vue au poste, assis sur un vieux matelas mité, le pantalon qui descend car les policiers ont pris votre ceinture. Vous avez l'air aussi mité que le matelas sur lequel vous reposez, déboussolé en vous demandant ce qui s'est passé. Vos proches ont honte, toutes les télés attendent de pouvoir montrer à la France entière l'ordure que vous êtes. Ça vous apprendra à vouloir rendre service ! Quelques mois plus tard La folie médiatique est retombée peu à peu. Jugé immédiatement, les experts psychiatriques ont conclu à un état de démence passager, vous vous en êtes sorti avec 15 jours en hôpital psychiatrique entouré de pseudo-Napoléon qui ont été largement moins douloureux que vos 3 jours en prison avant le jugement (d'accord, on ne prononcera plus le mot "savonnette"). Les gens vous crachent un peu moins dessus, mais bon vous ne pouvez plus approcher un jeune de moins de 15 ans à moins de 10 mètres. Vous avez perdu votre boulot, votre femme et vos enfants, et vous en êtes maintenant à traîner dans les bars à raconter que tout ça ce n’est pas votre faute, et que c'est la petite qui a cherché tout ça, mais tout le monde vous ignore... Citation de Piedrofus le sage : L'étude de la procréation peut être une bonne idée dans les écoles, mais je ne pense pas que les enfants devraient avoir des devoirs.
  14. PIEDRO

    Les piedronneries

    Voila l'original
  15. PIEDRO

    Les piedronneries

    Gardons toujours à l'esprit la devise de Piedrofus le sage : La déraison de mes Piedronneries est la confusion entre le plaisir que je prend à écrire des conneries intelligemment stupides sur tout et n'importe quoi et celui que j'imagine que les lecteurs pourraient avoir en les lisant. Diversité de culture et d'humour sans aucune malveillance sont la base de mes articles Piedronnerie n° 32 - Le piano et la musique classique Qui a dit que la musique classique était compassée et dépourvue de fantaisie ? Quand on veut découvrir le classique, on a souvent à faire à des clichés assez tenaces, comme le fait de croire c’est une musique de vieux et surtout que c’est une musique trop sérieuse. Je trouve et c’est dommage que la musique classique encore un peu trop « sacralisée », mais je suis persuadé qu'elle est « accessible et utile à tous ». J'adore la Musique Classique, surtout le piano et j’ai eu cette révélation en écoutant « le Prélude n°4 pour piano de Chopin». Dans ma tête, ce fut une évidence. Le lendemain, j’ai acheté un piano et je m'y suis mis. Le classique, c'est comme les légumes : on ne peut pas dire qu'on n'aime pas tant qu'on n'y a pas goûté ___________________________________ J'aime le piano de toutes les époques, et c'est pour ça que je vous ai sélectionné, parmi mes préférés, des compositeurs à travers le temps, à la fois pour satisfaire les goûts de tous, mais également initier les plus nouveaux dans le merveilleux monde de la Musique Classique... Bach Toccata et fugue en ré mineur BWV 565, 1er mouvement Tadada Ta Tadaladaaaaaam Dam Tadada Ta Talada Tadada Ta Tadaladaaaaaam Dam Tadada Ta Talada Taaaa daaaa daaaaa daaaaaaaaaa Tam ta ladaladadalada Tam ta ladaladadalada Tam ta ladaladadalada Ta daladadadaaaaaaaam Ta talada daladaladam dam daaaaaaaaaam Ta talada Ta talada Ta talada Ta taladam dam dam dam dam dam dam dam Tam dam dam dam dam dam dam dam dam dam Taladadaladadadaladadadalaaaaaaaaaaam Taladadaladadadaladadadalaaaaaaaaaaam Tam tam tam Daladadaaaaaaaaaam Tam tam tam Daladadaaaaaaaaaam Tadada Ta Tadaladaaaaaam Dam Tadada Ta Talada Tadada Ta Tadaladaaaaaam Dam Tadada Ta Talada Taaaa daaaa daaaaa daaaaaaaaaa Tam ta ladaladadalada Tam ta ladaladadalada Tam ta ladaladadalada Ta daladadadaaaaaaaam Ta talada daladaladam dam daaaaaaaaaam Ta talada Ta talada Ta talada Ta taladam dam dam dam dam dam dam dam Tam dam dam dam dam dam dam dam dam dam daaaaaaaaaaam Taladadaladadadaladadadalaaaaaaaaaaam Taladadaladadadaladadadalaaaaaaaaaaam Tam tam tam Daladadaaaaaaaaaam Tam tam tam Daladadaaaaaaaaaam. Mozart Sonate pour piano n° 11 en la majeur, K. 331, 3e mouvement : Rondo alla Turca : Allegretto Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti Giliditi Ti Giliditi Ti Giliditigiliditigiliditi Ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti tli Ti ti ti Tliti tiliditiditi Ti. Beethoven Sonate pour piano n°14 en do dièse mineur, Op. 27 n°2, 1er mouvement (Sonate au clair de lune) Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Daaaaaaam dou dou Tou dou dou Daaaaaaaaaam dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Ti di di Ti di di ti di di ti di di ti Daaaam di di Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Daaaaaaam dou dou Tou dou dou Daaaaaaaaaam dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Daaaaaaam dou dou Tou dou dou Daaaaaaaaaam dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Ti di di Ti di di ti di di ti di di ti Daaaam di di Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Daaaaaaam dou dou Tou dou dou Daaaaaaaaaam dou douuuuuuuuuuuum Ti di di Ti di di ti di di ti di di ti Daaaam di di Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Tou dou dou Tou dou dou Douuuuum dou dou Tou dou dou Daaaaaaam dou dou Tou dou dou Daaaaaaaaaam dou douuuuuuuuuuuum. Chopin Nocturne n° 15 en fa mineur, Op. 55,1er mouvement Daaaam Douuuuum dim dim dim dim dadim didim daaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadim dididim daaaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadididididididim tadidim dim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim dim dim dim dim dadididididididim tadidim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim Daaaam Douuuuum dim dim dim dim dadim didim daaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadim dididim daaaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadididididididim tadidim dim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim dim dim dim dim dadididididididim tadidim dim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim Daaaam Douuuuum dim dim dim dim dadim didim daaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadim dididim daaaam Douuuuuuum dim dim dim dim dadididididididim tadidim dim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim dim dim dim dim dadididididididim tadidim dim douuuuuuum Ta ta didididilidiiiim Ta ta didilidilididadim dim dim daaaaaam dim. Debussy Suite bergamasque, 3e mouvement en ré bémol majeur : Clair de lune Tadi duuu dadidadu Tadidadudida Tadidadu Tadidadudidadudidaduda Toum Dadim Dum Tadidadum Tadadim dum Toudadidadum dim dadidadum dim Tadudim Tum dudududim dam Tum dududidam Tum Tim da da da di da da di da di tim Dam di da dam di ta tiiiim tum Da da di dum da Ta dim dum Tadi duuu Tadidadudida Tadidadu Tadidadudidadudidaduda Toum Dadim Dum Tadidadum Tadadim dum Toudadidadum dim dadidadum dim Tadudim Tum dudududim dam Tum dududidam Tum Tim da da da di da da di da di tim Dam di da dam di ta tiiiim tum Da da di dum da Ta dim dumTadi duuu dadidadu Tadidadudida Tadidadu Tadidadudidadudidaduda Toum Dadim Dum Tadidadum Tadadim dum Toudadidadum dim dadidadum dim Tadudim Tum dudududim dam Tum dududidam Tum Tim da da da di da da di da di tim Dam di da dam di ta tiiiim tum Da da di dum da Ta dim dumTadi duuu dadidadu Tadidadudida Tadidadu Tadidadudidadudidaduda Toum Dadim Dum Tadidadum Tadadim dum Toudadidadum dim dadidadum dim Tadudim Tum dudududim dam Tum dududidam Tum Tim da da da di da da di da di tim Dam di da dam di ta tiiiim tum Da da di dum da Ta dim dum. C'est si beau ! Merci Piedrofus le sage, dans ta toute bonté, d'avoir écrit cet article. (de la part de Piedro, son porte-plume) Citation de Piedrofus le sage : Pourquoi le piano me fait-il penser aux femmes ? Parce qu'il sait aussi bien faire frissonner que pleurer.
×

Information importante

En utilisant ce site, vous consentez à ce que notre Conditions d’utilisation.