Jump to content

«J’ai voulu la faire rêver»


jack
 Share

Recommended Posts

  • Membre

«J’ai voulu la faire rêver»

Un mari reproduit une voiture de cinéma pour motiver sa femme à vaincre le cancer

«J’ai voulu la faire rêver»
Photo Pascal Huot

Une femme de Québec s’est accrochée à sa passion pour les voitures de cinéma pour lutter contre un cancer impitoyable et le vaincre.

Aileen Faucher venait à peine d’immigrer au Québec en provenance des Philippines quand le diagnostic lui a été rendu en 2014. Les médecins ont décelé une rare forme de cancer touchant plusieurs de ses organes. La femme alors âgée de 34 ans allait faire face au plus grand combat de sa vie.

« Les médecins m’ont dit que c’était seulement un 11e cas du genre qui était constaté, raconte-t-elle. Après avoir été opérée, j’ai commencé la chimio presque tous les jours. J’ai été à l’hôpital pendant trois mois pour de la chimio intensive. »

Les traitements de chimiothérapie ont passé près d’avoir raison de la santé et du moral d’Aileen. « Je voulais vraiment lâcher. C’était très exigeant pour le corps. J’ai failli mourir », confie-t-elle.

L’idée d’une planche de salut a cependant germé dans la tête de son mari, Jean-François Faucher. « Je suis allé aux soins intensifs et je lui ai demandé c’était laquelle sa voiture préférée. Elle m’a dit que c’était la KITT », dit-il.

« Une motivation »

La « KITT » est une vieille Pontiac Trans Am 1982 doublée d’un ordinateur doté d’une intelligence artificielle. Cette caractéristique relevait de la science-fiction à l’époque de la série télévisée Dark Knight, produite dans les années 80, où la vieille voiture occupait une place importante.

« Je suis reparti chez nous et, sans lui dire, j’ai mis mon auto à vendre. J’ai pris tout l’argent et j’ai restauré une KITT au complet », se rappelle fièrement Jean-François Faucher.

Pour lui, les travaux sur le véhicule ont servi à lui occuper l’esprit une fois seul à la maison. Pour elle, l’idée de pouvoir se promener dans ce qui représentait « un rêve d’enfant » la poussait à se battre. « Ç’a été une motivation. J’aime beaucoup cette série. Mon mari m’a dit que quand j’allais guérir, on allait se promener dans cette voiture », relate Aileen.

«J’ai voulu la faire rêver»
Photo Pascal Huot

Et elle a guéri.

Quelques jours avant Noël, en 2014, ses traitements de chimio prenaient fin. Aileen prenait une sérieuse option sur une victoire définitive. Cinq ans de rémission plus tard, elle court les Comiccon aux côtés de son mari, où ils exposent la KITT et une flamboyante Bumblebee du film Transformers.

« J’ai voulu la faire rêver pour qu’elle continue à se battre, confie Jean-François. Aujourd’hui, elle se promène dans les événements et elle tripe plus que moi ! »

Redonner au suivant

Cette lutte acharnée contre la maladie a du coup permis à Aileen de découvrir sa vocation professionnelle, elle qui a entrepris de devenir préposée aux bénéficiaires une fois sur pieds. Elle ne parlait pratiquement pas français lorsqu’elle a été hospitalisée. C’est clouée sur une chaise de l’Enfant-Jésus de Québec qu’elle s’est forgé un français fort respectable. Mais surtout, elle s’est trouvé une deuxième famille à l’hôpital.

« Je me suis dit que, si je guérissais, j’allais y travailler pour redonner les soins que j’ai reçus, pour prendre soin des autres », raconte celle qui œuvre auprès d’aînés dans un CHSLD de Québec.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.