Jump to content

Non merci Dominic Champagne!


Recommended Posts

  • Administrateur

À mots à peine couverts, l’instigateur du #Pacte invite à voter pour le Parti libéral... Non merci!

 

Non merci Dominic Champagne!
Le Journal de Québec

Le #Pacte... libéral!

Plus tôt cette semaine, au micro de Bernard Drainville dans le cadre de sa chronique habituelle, l’uber environnementaliste Dominic Champagne en a surpris plus d’un quand il en a appelé à tout faire pour barrer la route aux conservateurs (pas surprenant) en appuyant, à mots à peine couverts, les libéraux. 

Sa charge contre le Bloc québécois dans le cadre de cette même chronique avait quelque chose de malaisant. Comme si l’instigateur du #Pacte en avait personnellement contre le chef du Bloc Yves-François Blanchet. 

L’animateur Drainville a bien tenté de faire valoir que la formation indépendantiste défendrait bec et ongle le consensus anti-pipeline québécois, Champagne n’en avait que pour les décisions passées de Blanchet à titre de ministre de l’Environnement. 

Si Champagne admet que le bilan de Justin Trudeau est mitigé, celui-ci semble lui pardonner bien aisément sa décision d’acheter un vieux pipeline rouillé tout en se gardant bien d’expliquer que ce même Justin Trudeau a promis d’aller de l’avant avec l’expansion dudit pipeline, un projet aux conséquences environnementales catastrophiques. 

Pour ceux que ça intéresse, ça vaut la peine de consulter l’étude fouillée du groupe environnemental Stand.Earth à propos de l’expansion de l’oléoduc TransMountain, oui, cet oléoduc dont nous sommes, bien malgré nous, propriétaires. C’est ahurissant que certains environnementalistes gardent le silence par rapport à ce projet. 

Je vous jure que si l’expansion de TransMountain était proposée par les conservateurs, les Champagne et Waridel de ce monde seraient les premiers à escalader tous les ponts jusqu’en Alberta pour le dénoncer.   

 

Non merci Dominic Champagne!
Joël Lemay / Agence QMI

Blanchet plus craint à Calgary que Steven Guilbault...

Ironiquement, pendant que les instigateurs du #Pacte ont mis leur patente à la remorque du Parti libéral, vu de Calgary – haut lieu de l’industrie pétrolière et gazière -, c’est plutôt du chef du Bloc québécois qu’on cause. Pas de Dominic Champagne, ni de Steven Guilbault.

Ce texte de Don Braid dans le Calgary Herald du 17 octobre a de quoi faire réfléchir. Vue de la capitale albertaine du pétrole, la proposition de « péréquation verte » du Bloc québécois a l’effet d’une bombe. Du genre de celles qui font réagir.

D’entrée de jeu, l’auteur du texte ne mâche pas ses mots : « si vous êtes de ceux qui sont mécontents de la péréquation en général, trouvez-vous une serviette dans laquelle hurler quand vous prendrez connaissance de la proposition du Bloc pour réformer la péréquation! »

L’idée du Bloc de faire contribuer davantage à la péréquation les provinces qui polluent le plus – l’Alberta au premier chef, bien sûr – enrage nombre de chroniqueurs là-bas qui ne se gênent même plus pour avancer que « le chef indépendantiste fait campagne sur le dos des provinces de l’ouest ». 

La réalité c’est que toute action climatique digne de ce nom au Canada se traduira inévitablement par un effort plus drastique en Alberta où se trouve l’industrie des sables bitumineux. 

Ceux qui osent l’affirmer de manière décomplexée comme Yves-François Blanchet seront perçus comme des traitre à la nation vue de Calgary. C’est l’évidence. Ce passage du texte de Braid est révélateur (à propos de la réaction des autres chefs de parti quand Blanchet a fait la promotion de la péréquation verte lors du débat des chefs) : 

« Le chef libéral Justin Trudeau l'a écouté avec ce regard fade, puis il a répondu que le Canada avait besoin d'un gouvernement fort pour mettre en œuvre des politiques climatiques.

Il n'a pas osé dire que Blanchet proposait une politique stupide et vindicative qui dévasterait d’amples étendues de l'Ouest canadien et peut-être même du pays en entier[ouf!].

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, n’a pas fait objection lui non plus. Le chef conservateur Andrew Scheer est resté neutre. La cheffe des Verts Elizabeth May était la seule à défendre l’idée d'une transition équitable.

Le Bloc se limite généralement aux intérêts spécifiques du Québec. Mais, fait rarissime, sa proposition de péréquation verte le projette dans la haute politique nationale.

On le sait, les Québécois semblent être contrariés à la fois par les demandes d’accès aux pipelines et par toute critique émanant du Canada à propos de l’interdiction par le Québec des symboles religieux sur le lieu de travail[ce qui est inexact, car la loi 21 n’a pas du tout cette portée].

Les autres dirigeants s'inquiètent tous de s'aliéner les électeurs québécois. Les sondages montrent qu’à l’extérieur de Montréal, le Bloc, les libéraux et les conservateurs sont tous à quelques points les uns des autres[en réalité, le Bloc en dehors de Montréal est largement en avance dans plusieurs régions].

Et imaginez, parce que cela pourrait arriver, qu'un nouveau gouvernement dépende du Bloc québécois pour se maintenir au pouvoir ou de son appui lors de votes individuels.

C’est d’un cynisme sans nom. »

 

Non merci Dominic Champagne!
The Canadian Press

À voir comment on attaque le chef du Bloc dans la capitale du sable bitumineux, c’est évident que l’on craint pas mal plus un Bloc fort au Québec qui défendrait l’idée de la « péréquation verte » et qui militerait activement pour une décélération accrue de l’industrie pétrolière que l’élection d’un Steven Guilbault ou l’instigateur du #Pacte.

Car, disons-le franchement, ni la gang du #Pacte, ni les Guilbault de ce nom ne vont aussi loin dans leurs revendications climatiques, ceux-ci n’attaquent pas de front l’industrie pétrolière canadienne comme le fait Blanchet.

Et en passant, dans bien des cas, Braid partage avec Guilbault et al. la même aversion pour la loi 21. 

Dans le fond, ces gens-là sont faits pour s’entendre! 

Merci, mais non merci Dominic Champagne. Cet appel à voter pour le Parti libéral sonne aussi faux que l’argumentaire à saveur de « fascisme climatique » que servait le metteur en scène sur RDS aux animateurs médusés par cette charge aux accents loufoques. 

Ce n’est pas pour rien que des tonnes de gens se précipitent à leurs claviers pour se désabonner du #Pacte qu’ils avaient jadis signé... 

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.