Jump to content

Les zombies sortiront-ils de terre? La science s'interroge


jack
 Share

Recommended Posts

  • Membre

Les zombies sortiront-ils de terre? La science s'interroge

Agence France-Presse

GEN-MARCHE DES ZOMBIES DE LA TROUBLE FÊTE

Dario Ayala / Agence QMI

Des hordes de morts-vivants terrorisant le voisinage: voilà qui fait de très bons films d'horreur, mais les zombies, bien entendu, n'existent pas dans le monde réel... vraiment ?

Il existe en réalité de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal qu'ils ont élu pour hôte -- et de plus en plus d'études montrant que les humains ne sont pas non plus totalement immunes à ce genre de manipulations zombiesques.

Le sujet fascine la biologiste Athena Aktipis, de l'université de l'Arizona, qui est aussi l'auteure d'un podcast appelé «Zombified» (zombifié).

 

«Plus de la moitié des espèces que nous connaissons sur Terre sont des parasites», explique-t-elle à l'AFP.

Un exemple est le champignon Ophiocordyceps. Il libère des spores qui, lorsqu'ils infectent le corps d'une certaine espèce de fourmi, lui permettent de prendre le contrôle de son activité motrice.

Il force ainsi l'insecte à s'éloigner de ses congénères et à s'accrocher à une plante, avant de mourir, figé par une infection. Un nouveau champignon pousse alors de la tête de sa victime, et libère à son tour des spores qui affecteront d'autres fourmis, répétant ainsi ce cycle de deux à trois semaines.

«Nous sommes totalement convaincus que les comportements de la fourmi sont tout à l'avantage du champignon», explique Charissa de Bekker, professeure assistante de biologie à l'université de Floride centrale, et qui mène des recherches sur ces deux espèces afin de mieux comprendre ce processus d'appropriation.

Autre exemple: les guêpes à galles, cibles d'une autre guêpe parasite, l'Euderus set.

 

Kelly Weinersmith, professeure de biologie à l'université de Rice, a fait partie de l'équipe ayant découvert ce phénomène bien particulier. Au départ tout se déroule normalement: la première guêpe pond dans une cavité formée dans le bois d'un chêne, appelée une «crypte». La larve y grandit, et finit par mâcher les parois afin d'en sortir au terme de sa croissance.

Mais lorsque la seconde guêpe trouve l'une de ces larves, elle place son propre oeuf dans la crypte, et le parasite entre alors en action. Il manipule la première larve devenue jeune guêpe afin que le trou qu'elle creuse soit en réalité trop petit pour qu'elle puisse en sortir, de sorte qu'elle s'y retrouve coincée, avec seulement la tête qui dépasse.

«Une fois qu'elle est piégée là, le parasitoïde mange (la première guêpe) de l'intérieur», explique Kelly Weinersmith. «Et lorsque le parasitoïde a fini de se développer, il mange la tête de son hôte et sort à travers sa tête.» Le processus «est assez répugnant», convient la chercheuse.

Et si vous pensez que rien de tout cela ne peut arriver aux humains, vous pourriez être amenés à revoir votre jugement.

Le parasite unicellulaire Toxoplasma gondii pourrait avoir affecté 40 millions d'Américains, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), et certaines études ont montré qu'il pouvait influencer le comportement humain.

 

Ce parasite se développe à l'origine dans l'intestin du chat. Et il «a évolué pour faire en sorte qu'un rat (infecté) soit attiré par l'urine de chat». Ainsi, le rat se rapproche du chat, qui peut donc le manger, et la boucle est bouclée.

«Si ce n'est pas de la zombification, qu'est-ce que c'est?», demande Mme Aktipis.

Les êtres humains peuvent se trouver infectés en mangeant de la viande pas assez cuite, ou via leur animal de compagnie, par exemple en nettoyant sa litière.

Certaines études ont rapporté un lien entre l'infection du cerveau par ce parasite et certains traits de personnalité, comme l'agressivité, même si d'autres études ont contesté ces résultats.

La rage, de la même manière, rend les animaux et les gens très agressifs.

 

Mais le saut dans l'évolution du parasite devrait être considérable pour qu'il puisse faire à des humains ce qu'il fait aux rats. On est encore donc loin des hordes de zombies en pleine rue.

Mais pour Athena Aktipis, qui a organisé une rencontre de médecine sur le thème de l'«apocalypse zombie» l'année dernière --et en prépare une autre pour 2020--, rendre le sujet ludique est un moyen de réfléchir aux éventuelles menaces futures.

Elle recommande d'ailleurs de garder chez soi un sac d'urgence avec des vivres, un kit de premiers secours et du whisky pour stériliser les plaies -- ou pour le boire, si les choses tournent vraiment mal.

Link to comment
Share on other sites

La fin de l'article est pleine de bon sens et je pense me préparer un kit de survie ,

reste à savoir s'il sera encore en son état lors d'un besoin impératif

Pour le reste c'est un peu dégeu les espèces animales ne se font pas de cadeau

les fourrmis ne sont pas en reste outre l'élevage des troupeaux de pucerons qu'elles pratiquent

pour les traire, car les pucerons produisent un miellat à partir de la sève des plantes dont raffolent les fourmis

elles découpent des feuilles pour coloniser des champignons dont elles se délectent

 

À propos des fourmis , glané sur le net :

 

Voici ce que j'ai retenu sur l'organisation des fourmis : Les fourmis vivent dans un nid à l'intérieur duquel

règne une dense activité sous l'autorité d'une hiérarchie spécialement établie et scrupuleusement respectée

. C'est aux fournies ouvrières qu'incombe la bonne marche du nid . LES SERVANTES : elles sont exclusivement au service

de la Reine et des autres femelles quand aux soins et à la nourriture .LES NOURRICES : elles s'occupent de l'élevage et de l'éducation des larves, toujours pleines de sollicitude . LES CHARPENTIÈRES : c'est à elles que revient la construction ,

la maintenance et la propreté du nid . LES GARDIENNES : ce sont les sentinelles qui veillent nuit et jour et donnent l'alarme

au moindre danger .LES SOLDATS : ils font preuve d'un courage étonnant et d'une merveilleuse intelligence tactique .

En cas de besoin ils vont voler dans une colonie voisine des larves d'ouvrières , se procurant ainsi des esclaves .

LES MOISSONNEUSES : elles ramassent et emmagasinent les graines dans les chambres , les graines qui prennent l'humidité

et germent , sont sorties à l'extérieur et plantées. LES JARDINIÈRES : elles cultivent les champignons , chaque espèce de fourmi cultive un champignon particulier , les champignonnières sont situées au plus profond du nid et se sont les jardinières qui les enrichissent avec l'apport de fumier végétal . LES BERGÈRES : elles élèvent des troupeaux de pucerons qu'elles traient .

Ces pucerons sécrètent un miellat sucré dont les fourmis sont friandes . Les bergères protègent les pucerons en cas de danger

et les conduisent parfois vers des plantes fournissant une meilleure nourriture à ces animaux . LES FOURMIS RÉSERVOIRS :

ce sont des ouvrières choisies et suspendues au plafond d'une chambre à l'intérieur du nid , leur abdomen pouvant atteindre plusieurs fois la taille normale qu'elles emmagasinent de miellat afin de pouvoir le régurgiter lorsque la colonie en aura besoin . Lorsque la Reine juge que sa colonie est trop importante , elles pond des œufs qui donneront naissance à des mâles et des femelles ailés qui s'envoleront et s'accoupleront pour renouveler l'espèce , les mâles mourront sitôt l'acte sexuel accompli et les femelles fécondées iront former une nouvelle colonie .

Le paon est réputé pour sa flûte.

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.