Jump to content

Balade au centre- ville


mediom1
 Share

Recommended Posts

  • Administrateur

Quand ma vieille me demande: «As-tu à faire au centre-ville aujourd’hui?», ça veut dire: «J'aimerais bien que tu y ailles à ma place».

Ma vieille déteste magasiner pour s’en confesser et encore moins avec moi. Je suis du genre qui regarde tout, examine la marchandise, prend des notes et vérifie si on ne trouve pas mieux ailleurs avant de me décider. Ça la rend folle. Elle n’arrive pas à concevoir que je puisse y prendre plaisir. 

Ma vieille est une cliente déterminée. Elle regarde, essaie et si ça lui convient, elle achète et repart aussitôt. Ça niaise pas!

Elle adore faire rire la galerie en m’imitant en train d’hésiter en essayant une paire de chaussures avec elle à New York.

Les aimes-tu?

Oui.

Parfait. Alors tu les prends, on s’en va?

Je sais pas...

Comment ça, tu le sais pas! Les aimes-tu, oui ou non?

Hum...Qu’est-ce que t’en penses?...

Elle cabotine et fait durer le numéro quand elle voit que son public marche.  

Misère! Je ne l’aurais pas vue, rue Saint-Catherine près du centre Eaton, c’est l’enfer! On déambule entre les cônes orange, les clôtures de métal, les trous, les gravats et la poussière. Trottoirs fermés, détours, rue éventrée. Elle se serait sauvée.

On ne peut s’empêcher de penser aux commerçants qui doivent peiner à attirer la clientèle.

Pour se balader dans ce coin-là, il faut être motivé ou avoir une mère qui vous y envoie.

Pour me récompenser, je suis entrée dans une librairie et je me suis ruée sur le livre de Mary Trump, la nièce du Joker. Je n’étais pas la seule à la caisse avec cet ouvrage sous le bras. Il paraît que, dès la première journée en librairie, on en aurait écoulé près de 950 000 exemplaires!

Mary est morte de rire! Elle fait la une des magazines, accorde des entrevues aux chaînes télévisées et danse la Macarena dans le bureau de son éditeur. 

Nous serons nombreux, en fin de semaine, à dévorer cet ouvrage, bien calés dans nos chaises de jardin.

Sans doute en apprendrons-nous davantage sur les origines du 45e président des États-Unis. Nous comprendrons mieux cet étrange personnage, plus préoccupé par la promotion des haricots «Goya» que par la pandémie qui atteint sa population.

En attendant que je termine ma lecture, ma vieille trépigne d’impatience.

Il faut dire que ce mois de juillet sur fond de tribunal populaire et de lynchage public est d’un déprimant...

Merci de me faire rire ce matin. J'en avais bien besoin.:3496574341:

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.