Jump to content

Les SWATS teams arrivent en retard dans les CHSLD, selon des médecins spécialistes


mediom1
 Share

Recommended Posts

  • Administrateur

Le gouvernement a tardé à envoyer les équipes-chocs dans des CHSLD aux prises avec des éclosions de coronavirus, selon des médecins-gériatres.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi: COVID-19: Québec annonce une nouvelle stratégie pour accélérer le dépistage

• À lire aussi: COVID-19: 1033 nouveaux cas et 20 décès de plus au Québec

« Je trouve que c’est trop tard. On ne peut pas attendre qu’il y ait autant de cas. Là c’est comme un feu qui s’autoentretient », déplore le Dr David Lussier, gériatre Institut universitaire de gériatrie de Montréal, en entrevue avec Le Journal.   

  • Écoutez le porte-parole du collectif Action Covid Dr. Réjean Hebert avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

 

« L’envoi de SWAT teams en CHSLD alors qu’il y a plus de 50 % des résidents atteints est tout simplement trop tardif. Nous n’avons pas attendu d’avoir les hôpitaux pleins pour prendre des mesures vigoureuses dans la population. Ça devrait être idem pour nos aînées », a déploré sur les médias sociaux le Dr Quoc Dinh Nguyen, gériatre au CHUM, qui a présidé un comité gouvernemental sur les CHSLD au printemps.    

Le ministre de la Santé Christian Dubé a annoncé au matin qu’il a envoyé des équipes spécialisées en lutte à la Covid-19, des équipes «SWAT», dans quatre CHSLD.    

  • CHSLD de Lambton (Estrie) 22 cas, 76 % des résidents, 6 décès    
  • CHSLD du Fargy (Capitale-Nationale) 38 cas, 69 % des résidents, 5 décès     
  • CHSLD Isidore-Gauthier (Saguenay–Lac-Saint-Jean) 16 cas, 47 % des résidents, 7 décès    
  • CHSLD Sainte-Croix (Montérégie) 37 cas, 32 % des résidents, 13 décès       

L’attachée de presse du ministre de la Santé Christian Dubé, Marjaurie Côté-Boileau, a indiqué qu’il n’était « pas satisfait » des réponses des établissements. Il a demandé à ces équipes de « se rendre sur le terrain pour examiner l’application des protocoles de prévention et de contrôle des infections ». Il a également demandé une chronologie complète des évènements.  

Mme Côté-Boileau a également indiqué que « d’autres facteurs pourraient être mis en cause », comme la vétusté des établissements ou la pénurie de main-d’œuvre.  

Pour le Dr Lussier, il faut toutefois envoyer des spécialistes en prévention lorsque l’incendie est déjà hors de contrôle. « Un CHSLD infecté à 50 %, il n’y a plus d’excuses pour que ça arrive maintenant. C’est inacceptable. On a fait des erreurs au printemps, mais on sait ce qu’il faut faire maintenant. On a les équipements de protection, on sait qu’il faut faire des zones rouges, qu’il faut limiter la mobilité du personnel », indique-t-il.  

« Je trouve ça vraiment surprenant et inquiétant », laisse-t-il tomber.  

Le médecin rappelle qu’il est impossible d’éviter complètement la contamination dans un CHSLD : le personnel va finir par l’attraper, un patient transféré va transporter la maladie, « mais il faut éviter qu’il y ait des éclosions, et que se transmettent à grande échelle ». 

Il note également qu’à première vue, les endroits qui vivent des éclosions ont été épargnés lors de la première vague. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à [email protected]

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.