Jump to content

Nuit d'horreur à Québec: les gestes du tueur étaient «prémédités»


Recommended Posts

  • Administrateur

«On a été plongés dans une nuit d’horreur.» Le suspect de 24 ans qui ne réside pas à Québec avait l’intention de faire le plus de victimes possibles, dans sa cavale meurtrière dans le Vieux-Québec.

• À lire aussi: Nuit d’horreur à Québec: tout ce que vous devez savoir présentement

• À lire aussi: Nuit d'horreur à Québec: l'identité du suspect maintenant connue

• À lire aussi: Horreur à Québec: «Les mots me manquent pour décrire une telle tragédie», déclare François Legault

Le chef de la police de Québec, Robert Pigeon, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, et le maire de Québec, Régis Labeaume, ont fait le point dimanche matin, à l’hôtel de ville, sur l’attaque meurtrière pendant la nuit de l’Halloween dans la capitale. 

«On a été plongés dans une nuit d’horreur», a lancé le chef Pigeon. Il a révélé que le suspect, un homme de 24 ans qui habite sur la Rive-Nord de Montréal, avait visiblement prémédité son geste.

Déguisement

«Quelqu’un qui se déguise, qui se présente sur les lieux avec une arme blanche et qui de façon aléatoire va cible des personnes sur son passage, visiblement, il avait planifié son geste», a soutenu M. Pigeon. 

Photo Didier Debusschère

Déguisé avec un costume médiéval, armé d’un sabre japonais, il a frappé au hasard, atteignant sept personnes en tout, toutes résidentes de Québec, avec «l’intention de faire le plus de victimes possibles». «Il se déplaçait vers les victimes en les frappant avec son sabre.»

L’arme utilisée, un sabre katana, n’est pas une arme prohibée. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Deux personnes sont décédées. À l’arrivée des policiers, la mort de deux des personnes était évidente. Les cinq autres souffrent d’importantes lacérations, mais on ne craint pas pour leur vie, a indiqué le chef. Deux des victimes sont des ressortissants français, qui habitent à Québec. Le Service de police n’a pas voulu donner de détails supplémentaires sur l’identité des victimes puisque l’ensemble des familles n’avaient pas encore été informées. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

25 scènes de crime

En tout, 25 scènes de crimes sont étudiées à plusieurs endroits dans le Vieux-Québec et au lieu de résidence du suspect. La police refait actuellement le parcours du meurtrier. Sa première victime a été trouvée près de l’endroit où le véhicule du suspect a été stationnée, à proximité du Château Frontenac. Sa cavale s’est ensuite poursuivie à pied. Il a été arrêté près d’Espace 400e au terme d'une chasse à l'homme qui a mobilisé toute la force opérationnelle du Service de police. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le suspect comparaîtra dimanche par vidéoconférence. 

Rien n’indique que les crimes ont été posés pour des raisons haineuses, terroriste ou religieuses. Les motivations étaient personnelles, a soumis Robert Pigeon. Il avait déjà manifesté des intentions meurtrières dans un contexte médical il y a plus de cinq ans. Il n'avait cependant aucun antécédent criminel et aucun indice ne pouvait laisser deviner les intentions du présumé meurtrier dans les jours précédents.

Photo Didier Debusschère

«C’est une terrible tragédie», a exprimé la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, qui a joint sa voix à celle de ses collègues pour exprimer ses condoléances aux proches des victimes et ses souhaits de prompt rétablissement aux blessés. 

Photo Didier Debusschère

«Terrifiant»

e. C’est hallucinant, terrifiant, cela dépasse l’entendement», a indiqué le maire, Régis Labeaume. 

Photo Didier Debusschère

«C'est un geste isolé. Cela ne remet pas en question le fait que cette ville est l’une des plus sécuritaire au monde. Il est difficile de prévoir les conséquences de la folie découlant visiblement de problèmes de santé mentale.» Le maire a de nouveau fait un plaidoyer pour l'ajout de ressources en santé mentale et appellé à une discussion pancanadienne sur la question. Les problèmes de santé mentale sont la plus grave menace à la sécurité des villes, a-t-il répété. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, a abondé dans le même sens que le maire.

«Les gens de Québec sont forts. On va passer au travers ensemble. Québec est une ville sécuritaire, l'a toujours été et va toujours le rester.»

Photo Didier Debusschère

Il a lui aussi souligné que les problèmes de santé mentale sont un phénomène dont il faut s'occuper de façon urgente. «On en parle de plus en plus. On va devoir arrêter d'en parler et trouver des solutions pour que ça se règle.»

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le président de l’Assemblée nationale, François Paradis a annoncé dimanche midi qu’à la suite des événements, le drapeau du parlement était mis en berne jusqu'au crépuscule du 3 novembre.

«Les événements de la nuit dernière sont tragiques et des plus incompréhensibles. Toutes mes pensées sont actuellement tournées vers les victimes, les survivants et leurs familles. Mes collègues parlementaires se joignent à moi pour condamner ces actes de violence et pour témoigner leur solidarité aux personnes touchées», a-t-il déclaré.

«Les mots me manquent», exprime François Legault  

Quant à lui, le premier ministre du Québec, François Legault, a réagi en début de journée, offrant «toutes [ses] condoléances aux proches des victimes».

«Le Québec se réveille après une nuit d’horreur. Les mots me manquent pour décrire une telle tragédie» a écrit le premier ministre sur Twitter, faisant écho à un sentiment partagé par bien des gens à Québec.

Photo Agence QMI, Guy Martel
Photo Dominique Lelièvre

Le drapeau du Québec mis en berne   

Le drapeau du Québec qui flotte à l'Assemblée nationale du Québec sera mis en berne jusqu'à mardi soir à la suite des tragiques événements survenus à Québec au cours de la nuit.

Le président de l'Assemblée nationale, François Paradis, a indiqué que le drapeau qui trône au sommet de la tour du parlement demeurera en berne jusqu'au crépuscule du 3 novembre.

«Les événements de la nuit dernière sont tragiques et des plus incompréhensibles. Toutes mes pensées sont actuellement tournées vers les victimes, les survivants et leurs familles», a exprimé M. Paradis dans une déclaration écrite.

«Mes collègues parlementaires se joignent à moi pour condamner ces actes de violence et pour témoigner leur solidarité aux personnes touchées», a-t-il ajouté.

De nombreux politiciens ont rapidement exprimé leur consternation et leur désarroi à la suite des attaques commises à Québec par un homme déguisé et armé d'un sabre qui a fait deux morts et cinq blessés.

Rappel des faits  

Rappelons que l’alerte a été donnée par des citoyens à 22 h 28, samedi concernant la présence d’un agresseur muni d’une arme blanche ayant fait des victimes dans le Vieux-Québec, qui a rapidement été entièrement bouclé.

Le soir de l'Halloween, le suspect habillé en tenue médiévale et armé d’une épée a semé la mort et la désolation devant le Château Frontenac, sur la côte de la Montagne et sur les rues de Buade et des Remparts. Sa folie meurtrière a pris fin près du bassin Louise où il n’a offert aucune résistance aux policiers venus l’arrêter.

Infographie TVA Nouvelles

 

Photo Agence QMI, Marc Vallières

«Le CHU confirme que cinq personnes blessées à différents degrés ont été prises en charge par ses équipes. Merci à tous les intervenants du CHU et des organisations partenaires qui se sont mobilisés», a déclaré le centre hospitalier universitaire de Québec dans un communiqué dimanche matin en précisant que «par égard et pour des raisons de confidentialité, le CHU n’émettra aucun autre commentaire pour le moment.»

 

Photo Agence QMI, Guy Martel

Motivations «personnelles»

L’homme dans la mi-vingtaine aurait préparé ce carnage depuis plusieurs mois, selon nos informations. 

Photo Agence QMI, Guy Martel

En fin de nuit, à 4 h 20, le service de police de Québec a estimé que la situation était «sous contrôle».

 

Photo AFP

«Le suspect est arrêté et présentement détenu. Selon nos premières informations, rien ne nous indique que le suspect aurait agi pour des motivations autres que personnelles», a fait savoir le corps policier.

– Avec la collaboration de Dominique Lelièvre et de l'Agence QMI

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

«Les gens de Québec sont forts. On va passer au travers ensemble. Québec est une ville sécuritaire, l'a toujours été et va toujours le rester.»

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.