Jump to content

Étrangers chez nous


mediom1
 Share

Recommended Posts

  • Administrateur

Marie-Lise Mormina nous apprenait hier que dans un commerce sur deux, au centre-ville de Montréal, on sert d’abord le client en anglais. Il est souvent difficile de se faire servir en français, même lorsqu’on insiste. Le reportage se poursuit aujourd’hui. Il est accablant. On y voit le portrait d’une métropole culturellement occupée où le français est humilié.

Certains diront : nous le savions déjà. Mais le rappel est brutal. On nous apprenait aussi que le français est de moins en moins toléré. Une employée de Victoria Secret expliquait ainsi : « On est au centre-ville. Souvent, lorsqu’on accueille des clients en français, certains le prennent personnel et on se fait crier après ». 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Français

Nous en sommes rendus là. Notre simple existence dérange et peut valoir des insultes. Les Québécois sont de plus en plus traités comme des étrangers indésirables en leur propre pays. Ils en sont expulsés symboliquement au nom d’un nouveau colonialisme anglophone qui se réclame de la diversité et du progressisme woke

On nous explique que les Québécois sont des immigrants comme les autres. De quel droit imposeraient-ils leur culture et leur langue ? Ce pays n’est pas le leur. Seuls les Autochtones seraient en droit de se dire d’ici. Quant à nous, nous serions des intrus occupant illégitimement le pays. Nous devrions nous effacer au nom de la diversité. 

Intolérance

Nous sommes nombreux à sentir cette intolérance croissante contre le peuple québécois en son propre pays. Mais rares sont ceux qui s’en inquiètent publiquement. Ils ont peur de se faire traiter de racistes, de xénophobes rétrogrades. 

Ils collaborent avec ce nouvel ordre idéologique anti-québécois et anti-francophone dans l’espoir de prendre l’ascenseur social et de s’y faire une place, ou de conserver celle qu’ils ont déjà.

Ils se font même une fierté d’afficher leur sympathie médiatique pour les pires francophobes. Cracher sur son peuple, c’est le nouveau chic mondain.

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.