Jump to content

Chronique plate


mediom1
 Share

Recommended Posts

  • Administrateur

Il n’y a rien de plus facile que de se faire aimer de ses enfants. 

C’est à la portée du premier venu.

T’as juste à leur donner tout ce qu’ils veulent. 

« Je peux manger des bonbons, papa ?

— Oui !

— Tu veux m’acheter une PS5, papa ?

— Oui !

— Je peux me coucher tard, ce soir, papa ?

— Oui ! »

Deux jours de ce régime, et tu vas devenir le père le plus cool de la planète.

UN MOT TOXIQUE

Le hic est que la job de parent n’est pas de devenir populaire auprès de tes enfants.

C’est de les élever. De penser à leur santé psychologique et physique. Et de les amener à devenir des citoyens autonomes et responsables. 

Et ça, ça passe le plus souvent par un mot que les enfants détestent : non. 

Un mot honni à cette époque de droits et de libertés tous azimuts, mais ô combien nécessaire et important.

Comme le chantent les Rolling Stones : « You can’t always get what you want / But if you try sometime, you just might find / You get what you need. »

Et bien, c’est la même chose avec nos parents âgés. 

Si vous demandez à votre mère de 85 ans si ça lui tenterait de venir manger chez vous avec ses enfants et ses petits-enfants, fortes sont les chances qu’elle dise oui. 

Normal : ça fait des mois qu’elle s’emmerde à faire des casse-tête dans son petit appartement !

Mais ce n’est pas ça, la question à lui poser. 

Ce n’est pas : « Ça te tente-tu ? »

Mais : « Est-ce bon pour toi ? Devrais-tu le faire ? »

Et plus j’y pense, plus ma réponse est : non. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

 

LA BONNE CHOSE À FAIRE

Je l’ai dit à ma mère.

« Maman, je t’adore, ça me fend le cœur de voir que tu ne peux pas recevoir plus d’une personne à la fois dans ta résidence, mais je ne pense pas que ça soit une bonne idée qu’on organise un gros souper à Noël. Ni pour toi ni pour les autres membres de la famille. »

C’est dur en maudit, dire ça. Mais j’ai la conviction profonde que c’est la bonne chose à faire.

Ma sœur est sur la même longueur d’onde. 

C’est ça, aimer une personne. 

Pas lui faire plaisir. Mais faire ce qui est mieux pour elle. 

Voici pourquoi j’ai intitulé mon texte Chronique plate.

Ça aurait été super facile, pour moi, de devenir le chroniqueur le plus cool du Québec auprès de certaines personnes, aujourd’hui.

J’avais juste à dire : « À Noël, on se sacre du virus et on fait le party ! F**k les règlements ! On renoue avec la vie d’avant ! »

Plein de gens diraient, sur les médias sociaux : « Wow ! Martineau a enfin vu la lumière ! Il critique enfin le gouvernement ! Ce n’est plus un journaleux véreux ! »

POUVOIR ET DEVOIR

Eh bien, non.

Je suis plate. 

Je vais vous demander de faire attention. 

Monsieur Legault savait fort bien que les conditions n’étaient pas réunies pour permettre un relâchement des mesures dans le temps des Fêtes. 

Mais il n’avait pas le choix. Les gens se seraient rebellés.

Alors il a dit « oui ». En s’en remettant à notre sens des responsabilités. 

Parfois, ce n’est pas parce qu’on PEUT faire quelque chose qu’on DOIT le faire.

                                         À la gang, on sait tout. 

 

                             Mediom1-Administrateur

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.