Jump to content

Ubuntu 16.10 disponible en version finale


Guest Maheegan
 Share

Recommended Posts

Guest Maheegan

Ubuntu 16.10 disponible en version finale

 
image dediée
 
OS MÀJ

Mise à jour : Comme prévu, la version finale d'Ubuntu 16.10 est maintenant disponible au téléchargement. Il n'y a aucune nouveauté par rapport à la bêta, qui contenait déjà tout ce que le système avait à proposer. L'installation pourra se faire en migrant depuis la 16.04 (que certains préfèreront garder pour le statut LTS) ou en récupérant l'image ISO, depuis le site officiel.

____________________________________________

 

Après une première bêta fin août dédiée aux variantes de la distribution, Ubuntu 16.10 est disponible en version bêta finale. Il s’agit de la seule version de test du système avant son arrivée finale pour le mois prochain.

Fin août, la bêta distribuée concernait en fait Ubuntu MATE, Kubuntu, Ubuntu GNOME, Lubuntu, Ubuntu Studio et Ubuntu Kylin. Comme nous le rappelions alors, Canonical avait changé de méthode pour le test des versions d’Ubuntu. Il fallait en effet attendre la « bêta finale » pour mettre la main sur une version utilisable de l’édition en cours de développement, du moins si on voulait s’essayer à la distribution « originale ».

Le noyau Linux 4.8 est de la partie

Celle-ci est maintenant proposée au téléchargement. Comme on s’en doute, la plupart des paquets ont été mis à jour. Elle embarque la version 4.8 du noyau Linux, qui n’est pas encore disponible en version finale, même si son arrivée est imminente (il est actuellement en Release Candidate 8). Parmi les nouveautés principales, signalons le support d’OverDrive et des améliorations avec PowerPlay pour les GPU AMD, de nouveaux pilotes DRM Intel et ASoC pour l'audio, le support de l’écran tactile multipoint de la Surface 3 ou encore une prise en charge bien meilleure du HDMI.

En dépit de six mois supplémentaires de développement, Ubuntu 16.10 (Yakkety Yak) ne devrait pas bouleverser les habitudes. La décision avait été prise par Canonical de repousser encore l’arrivée de l’environnement Unity 8, qui doit pour rappel proposer une base commune pour les ordinateurs et appareils mobiles. Idem pour le serveur d’affichage Mir, l’éditeur souhaitant se débarrasser de X.org, mais sans passer par la case Wayland.

Comme pour les bêtas publiées fin août, on retrouve des paquets mis à jour, mais pas nécessairement dans la toute dernière version. Les variantes citées précédemment sont également disponibles en bêta finale, et Ubuntu GNOME reste par exemple sur la mouture 3.20 de l’environnement de bureau, alors que la 3.22 est disponible.

Deux semaines de test à peine

Ubuntu 16.10 n’est dans tous les cas pas une version majeure du système, plutôt une évolution en douceur. La version finale est attendue pour le 13 octobre, ce qui laisse environ deux semaines seulement de test aux utilisateurs qui veulent s’y pencher. Canonical assure pour sa part que la qualité du code est déjà bonne.

Ceux qui souhaitent récupérer les images ISO d’Ubuntu ou de l’une de ses variantes pourront récupérer la bêta finale depuis le lien ci-dessous. Chaque version est disponible en 32 ou 64 bits. Dans le cas d’une machine équipée d’Ubuntu 16.04, Canonical fournit des instructions de mise à jour. Attention cependant : la 16.04 étant LTS, elle a pour vocation de rester particulièrement stable dans le temps.

Publiée le 29/09/2016 à 08:24 Mise à jour le 13/10/2016 à 17:30
Link to comment
Share on other sites

  • Administrateur

Au lieu d'être obligé de réinstaller Ubuntu à chaque année, je préfère la version Debian de Mint. Mint ressemble beaucoup à Ubuntu. En ayant la version Debian, c'est un peu comme Windows, c'est-à-dire que j'ai juste des updates à faire et fini de réinstaller Linux.

 

mini_180303033950693745.gif

 

Link to comment
Share on other sites

Guest Maheegan

Histoire de ne pas perdre tout le monde en route ;o)))

Et pour tout savoir ( site en anglais avec les distributions les plus récentes (jusqu'au 14/10/2016) ) ==> http://distrowatch.com/dwres.php?resource=major

 

 

 

5 systèmes d’exploitation pour snober

Windows 10 (et Mac OS)

Pas intéressé par le nouvel OS de Microsoft ? De très nombreuses distributions Linux offrent des alternatives libres et gratuites.

 

Microsoft a commencé à déployer la semaine dernière, pour les préinscrits, Windows 10, la dernière version de son système d’exploitation (ou « OS », pour « operating system ») – le logiciel qui fait tourner le « cœur » d’un ordinateur. Mais si vous cherchez une alternative à ce système qui équipe la grande majorité des ordinateurs personnels dans le monde, ou à Mac OS, son principal concurrent commercial, une myriade de systèmes d’exploitation libres et gratuits basés sur Linux existent et ne sont qu’à quelques clics.

Ubuntu, le classique

C’est la distribution (« version ») Ubuntu qui a contribué à mieux faire connaître Linux au grand public. Elle se veut simple d’emploi, facile à installer, tout en conservant l’intégralité des fonctionnalités avancées que propose Linux. En pratique, cette distribution est facile à prendre en main, même si vous n’avez jamais utilisé Linux de votre vie, et comporte un riche catalogue d’applications à même de remplacer les logiciels de Microsoft.

En revanche, l’interface proposée par défaut dans Ubuntu, baptisée Unity, est quelque peu déroutante si vous n’avez connu que Windows : vos applications et raccourcis sont rangés dans une colonne située sur le côté de l’écran. Si Unity ne vous plaît pas, vous pouvez aussi utiliser d’autres interfaces dans d’autres versions d’Ubuntu.

Kubuntu est plus proche de Windows, mais propose des « plasmas », des sortes de petits programmes très pratiques. Kubuntu bénéficie également de logiciels par défaut simples et efficaces. Enfin, si vous voulez l’interface la plus simple et la moins gourmande possible, vous préférerez certainement Xubuntu. Son design et son fonctionnement sont très proches de Windows, et il présente l’avantage d’être économe en ressources – un bon choix pour un vieil ordinateur peu puissant.

Mint, l’élégant

Dérivé d’Ubuntu, Linux Mint propose une interface simple et esthétiquement réussie dans sa version classique. Originellement créé par un Français, Clément Lefebvre, Linux Mint a connu un franc succès ces dernières années et revendique le titre de version de Linux la plus utilisée sur ordinateur personnel.

ArchLinux, la puissance brute

Légèreté, puissance et capacités de customisation infinies au détriment de la simplicité d’usage : ArchLinux ne s’adresse pas aux débutants de l’informatique ou de Linux, mais à celles et ceux qui aiment personnaliser leur machine jusque dans les moindres détails. En contrepartie, cette distribution propose de très nombreuses fonctionnalités, une grande réactivité, et bénéficie de mises à jour quasi permanentes.

Elementary, le design léger

Relativement récent, Elementary propose deux avantages principaux : un design abouti et une certaine légèreté, qui lui permet de tourner sur des ordinateurs plus tout jeunes. Simple d’utilisation, Elementary est en contrepartie moins précisément configurable que d’autres distributions. Mais son interface sera probablement assez familière pour les utilisateurs de Mac OS.

Tails, l’ultrasécurisé

Tails n’est pas un système d’exploitation comme les autres : il est conçu pour être extrêmement protecteur de la vie privée. Il est uniquement utilisé « live », stocké sur une clef USB que l’on insère dans son ordinateur avant le démarrage pour pouvoir utiliser un système d’exploitation sans avoir besoin de l’installer. Ce système d’exploitation comporte de très nombreux programmes de sécurité, pour effacer toutes les traces de son activité sur une machine ou chiffrer ses communications et ses documents – il se connecte à Internet via le réseau d’anonymisation Tor. Tails n’est bien sûr pas conçu pour une utilisation au quotidien, mais ce système d’exploitation est recommandé par de nombreuses ONG pour les avocats, les journalistes ou les personnes travaillant sur des sujets particulièrement sensibles.

Cette liste est bien sûr non exhaustive – il existe de très nombreuses distributions Linux. Si vous souhaitez explorer ce monde riche, vous pouvez par exemplenaviguer sur Distrowatch, qui en répertorie la quasi-totalité.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.